Football: Sans ballon, le talent de Sion ne peut pas s'exprimer

Publié

FootballSans ballon, le talent de Sion ne peut pas s'exprimer

Les Sédunois ont vécu une nouvelle soirée difficile à Saint-Gall. Défaite 3-0 à la clé.

par
Sport-Center

Un coup franc bien touché par Anto Grgic qui prenait le chemin de la lucarne, un joli slalom d'Ermir Lenjani stoppé à l'orée des seize mètres, un petit pont bien senti de Pajtim Kasami qui a forcé le public du Kybunpark à un «ohhh» étouffé de circonstance. Voilà, piochés çà et là, des gestes de classe réussis par le FC Sion samedi soir à Saint-Gall. Ils ne sont ni les premiers, ni les derniers de la saison. Les Valaisans possèdent des individualités de qualité, c'est indéniable. Le moins qu'on puisse dire, c'est que celles-ci ne s'expriment pas à leur plein potentiel en ce moment, mais débloquer une situation délicate reste assurément dans leurs cordes.

Le souci, c'est que pour réussir ce genre de geste, les Sédunois ont besoin d'être en possession du ballon. Ce qui n'a pas souvent été hier (le 54-46 en faveur du FCSG est franchement flatteur pour Sion). Déjà, parce que le Saint-Gall de Peter Zeidler est une équipe joueuse et en confiance, qui n'a pas tardé à frustrer ses opposants et qui a largement mérité sa victoire 3-0. Ensuite, parce que, sous la pression et le poids des résultats négatifs qui s'accumulent actuellement, Sion a tendance à délaisser la construction d'un jeu risqué. Et cela au profit de longs ballons qui témoignent, aussi, d'un manque d'idées problématique. Finalement, parce que les Valaisans n'en font plus tout à fait assez lorsque la balle ne se trouve, justement, pas dans leurs pieds.

Et c'est peut-être sur ce dernier point que diffère le plus ce FC Sion par rapport à sa version du début de saison. Stéphane Henchoz l'a d'ailleurs admis sans détour après la rencontre. Comme les 13'750 spectateurs, l'entraîneur sédunois a vu une équipe pleinement engagée, ainsi qu'une autre nettement plus timide. La confiance y est pour beaucoup? Certainement. Saint-Gall nage dedans à l'heure actuelle et avance à un rythme effréné sans être confronté au doute. Là où ce dernier a largement pris le dessus dans les esprits valaisans (un point sur les six derniers matches de championnat).

Dans ces cas-là, le plus simple est bien souvent de revenir aux bases. Se battre à la récupération, essayer de poser le jeu, chercher à faire la différence dans ses moments forts. Et des moments forts, Sion finit toujours par en connaître. Que ce soit une demi-heure, quinze minute ou encore moins que ça, comme hier soir à Saint-Gall (les visiteurs ont mis l'accélérateur entre la 40e et la 45e , se créant trois vraies chances de but). Mais au fur et à mesure que le FC Sion s'éloigne de ces bases-là, ses périodes de domination rétrécissent. Tout comme son avance sur ses poursuivants.

Florian Vaney, Saint-Gall

Pour les détails du match, cliquez ici.

Ton opinion