Publié

Politique monétaireSans la BNS, la Confédération glisse dans le rouge

La Confédération glisse dans les chiffres rouges en raison du non-versement par la Banque nationale suisse (BNS) des dividendes pour 2013.

Serge Gaillard, directeur de l'administration fédérale des finances.

Serge Gaillard, directeur de l'administration fédérale des finances.

Photo d'illustration, Keystone

La Confédération avait budgétisé 333 millions de francs de la part de la BNS. Sans cette contribution, un déficit de 212 millions devrait être déploré en 2014, au lieu du bénéfice de 121 millions voté. Mais, au regard des revenus totaux de 66 milliards, cet écart s'avère minime, souligne lundi auprès de l'ats Serge Gaillard, directeur de l'administration fédérale des finances.

D'autres modifications se produiront en outre durant l'année. Les recettes pourraient par exemple se révéler plus élevées que prévu. Des restes de crédits pourraient rééquilibrer les comptes. «L'état des finances en fin d'année 2014 dépendra de nombreux facteurs», résume Serge Gaillard.

Bonus de 20 milliards

Il n'y a pour l'heure aucune raison de penser que le frein à l'endettement ne pourra pas être maintenu. Cela ne serait le cas que si le solde corrigé en fonction de la conjoncture s'avérait négatif à la fin décembre. Le découvert serait alors déduit du compte de compensation, qui présente actuellement un bonus de près de 20 milliards de francs.

La perte engendrée par le non-versement des dividendes de la BNS ne force pas non plus l'administration fédérale à prendre des mesures immédiates. «Le budget tient la route», affirme M. Gaillard. Mais ce manque à gagner pourrait avoir des conséquences dans les années suivantes, au cas où la BNS renonçait à nouveau à verser ses dividendes.

(ats)

Ton opinion