Votations 12 février: «Sans la RIE III, des entreprises quitteront la Suisse»
Publié

Votations 12 février«Sans la RIE III, des entreprises quitteront la Suisse»

Le Fribourgeois Jean-François Rime, patron de l'USAM, soutient la 3e réforme fiscale des entreprises. Il explique pourquoi.

par
Christine Talos
Pour le Fribourgeois, les PME ne peuvent pas vivre seules sans les grandes entreprises.

Pour le Fribourgeois, les PME ne peuvent pas vivre seules sans les grandes entreprises.

Keystone

Un comité bourgeois a lancé mardi à Berne la campagne en faveur de la 3e réforme fiscale des entreprises (RIE III)sur laquelle le peuple devra se prononcer le 12 février 2017. Pour l'alliance interpartis, elle est censée maintenir l'attractivité et la compétitivité de la place économique suisse. C'est le meilleur moyen, selon elle, de conserver en Suisse les grosses multinationales. Mais les PME devraient aussi profiter de la réforme, affirme-t-elle, dans la mesure où celle-ci entraînera une baisse du taux de l'impôt sur le bénéfice dans de nombreux cantons. Parmi les partisans, le conseiller national fribourgeois Jean-François Rime, patron de l'USAM, l'Union suisse des arts et métiers.

Votre opinion