Publié

Scandale des écoutesSarah Ferguson obtient des dédommagements

Le groupe de presse de Rubert Murdoch a présenté des excuses publiques à Sarah Ferguson, l'ex-épouse du prince Andrew. Elle sera indemnisée pour les écoutes téléphoniques auxquelles s'était livré à son encontre le tabloïd «News of the World».

Sarah Ferguson, l'ex-épouse du prince Andrew.

Sarah Ferguson, l'ex-épouse du prince Andrew.

ARCHIVES, AFP

Sarah Ferguson, l'ex-épouse du prince Andrew, a reçu vendredi des excuses publiques et une indemnisation de la part du groupe de Rupert Murdoch pour les écoutes téléphoniques de son défunt tabloïd (NotW). Le montant du dédommagement n'a pas été dévoilé.

La duchesse d'York, qui a divorcé du deuxième fils de la reine en 1996, fait partie des 17 personnes dont les plaintes ont donné lieu vendredi à un accord entériné devant la Haute Cour à Londres.

Parmi les autres célébrités indemnisées figurent le chanteur James Blunt, l'animateur israélien Uri Geller, ou encore l'acteur Hugh Grant, qui avait annoncé dès décembre avoir accepté une «somme substantielle» de News Group Newspapers.

Prise pour cible

L'avocat de Sarah Ferguson a indiqué devant le juge que l'ex-tabloïde avait, entre 2000 et 2006, «pris pour cible» sa cliente en écoutant les messages laissés sur le répondeur de son téléphone portable.

Sarah Ferguson avait remarqué que «lorsqu'elle arrivait quelque part, il était fréquent que des journalistes ou des photographes soient déjà sur place», a dit le défenseur.

L'avocat de News Group Newspapers (NGN) a présenté les «excuses sincères» du groupe à la plaignante. «NGN reconnaît que l'information n'aurait jamais dû être obtenue illégalement comme cela a été le cas», a-t-il indiqué.

Tabloïd fermé

Le NotW, plus gros tirage de la presse britannique, est soupçonné d'avoir fait écouter des centaines de personnes dans les années 2000 pour alimenter sa machine à scoops.

L'affaire a connu un tournant en 2011 avec la révélation que la messagerie d'une jeune fille assassinée, Milly Dowler, avait été piratée par le journal, et a entraîné la fermeture du tabloïd. A la suite du scandale, le groupe de Rupert Murdoch a mis en place un fonds d'indemnisation des victimes.

En janvier 2012, 37 victimes ont été dédommagées, dont l'acteur Jude Law pour 130'000 livres (188'000 francs), son ex-femme, Sadie Frost, ou encore l'ancien vice-premier ministre travailliste John Prescott.

La famille de Milly Dowler a reçu 2 millions de livres (2,9 millions de francs) du groupe Murdoch. L'affaire des écoutes doit donner lieu à un procès en septembre 2013.

(ats)

Votre opinion