Actualisé

Campagne 2007Sarkozy qualifie d'«infamie» les accusations

Le président Nicolas Sarkozy a qualifié jeudi sur Canal + d'«infamie» les accusations de l'ex-premier ministre libyen sur le financement de sa campagne de 2007.

Sarkozy: «L'ancien Premier ministre de Kadhafi, dont j'ai contribué à organiser le départ, peut dire ce qu'il veut, tout le monde sait que c'est un faux.»

Sarkozy: «L'ancien Premier ministre de Kadhafi, dont j'ai contribué à organiser le départ, peut dire ce qu'il veut, tout le monde sait que c'est un faux.»

ap

Nicolas Sarkozy a qualifié jeudi soir d'«infamie» et de «fadaises» les accusations de l'ex-premier ministre libyen qui a affirmé que le régime de Mouammar Kadhafi avait financé sa campagne présidentielle de 2007.

«Hier, le CNT, le gouvernement libyen, a indiqué que c'était un faux, le traducteur de Mouammar Kadhafi a indiqué que c'était un faux, le destinataire du fameux virement a indiqué que c'était un faux», a affirmé Nicolas Sarkozy sur le plateau de la chaîne de télévision Canal+.

«L'ancien Premier ministre de Kadhafi, dont j'ai contribué à organiser le départ, peut dire ce qu'il veut, tout le monde sait que c'est un faux», a poursuivi le chef de l'Etat.

«C'est une infamie, c'est grotesque»

«Regardez-moi, je dis à Mouammar Kadhafi : faites moi un petit virement, cinquante millions», a-t-il ironisé. «En 2012, vous imaginez la discrétion d'un virement de 50 millions d'euros ? Mais qui croit à de pareilles fadaises ? C'est une infamie, c'est grotesque», a poursuivi Nicolas Sarkozy.

«Vous pensez que ça se fait comme ça ? Et qu'en remerciement de Mouammar Kadhafi, je décide qu'on envahit la Libye ?», a-t-il encore interrogé.

L'ex-Premier ministre libyen al-Baghdadi al-Mahmoudi, emprisonné en Tunisie, a affirmé mercredi que le régime Kadhafi avait «financé la campagne 2007» du candidat Sarkozy.

«Mouammar Kadhafi, son régime et les responsables qui travaillaient avec lui ont financé la campagne électorale de Sarkozy en 2007», a déclaré à la presse Me Bechir Essid, faisant état d'un montant de quelque 50 millions d'euros.

«50 millions d'euros»

Selon cet avocat, l'ex-Premier ministre libyen affirme que «le marché a été conclu par Moussa Koussa (ex-chef des services de renseignements extérieurs) sur instruction de Kadhafi et assure que des documents attestant de la transaction existent».

L'opération a été effectuée par le Fonds Libyen des investissements africains, a ajouté Me Essid, déclinant tout commentaire sur le document publié par le site d'information français Mediapart qui accusait le président de ce fonds, Bachir Saleh, d'avoir joué un rôle dans le projet allégué de financement libyen.

Mediapart a publié samedi un document attribué à un ex-dignitaire libyen affirmant que Tripoli avait accepté de financer à hauteur de «50 millions d'euros» la précédente campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

Le Conseil national de transition (CNT), au pouvoir en Libye, qui a demandé l'extradition de Bachir Saleh, a affirmé mercredi que la note publiée par Mediapart était un «faux».

(AFP)

Votre opinion