France: Sarkozy va faire appel, Carla Bruni dénonce un «acharnement insensé»
Actualisé

FranceSarkozy va faire appel, Carla Bruni dénonce un «acharnement insensé»

Condamné à un an de prison ferme dans l’affaire des «écoutes», l’ancien président est «déterminé à poursuivre la démonstration de son innocence».

Carla Bruni et Nicolas Sarkozy sont mariés depuis 13 ans.

Carla Bruni et Nicolas Sarkozy sont mariés depuis 13 ans.

AFP

L’ancien président français Nicolas Sarkozy va faire appel de sa condamnation lundi à trois ans d’emprisonnement, dont un an ferme, pour corruption et trafic d’influence, a annoncé son avocate Jacqueline Laffont.

Après ce «jugement extrêmement sévère» et «totalement infondé et injustifié», Nicolas Sarkozy «est calme mais déterminé à poursuivre la démonstration de son innocence», a assuré Me Laffont.

Carla Bruni, l’épouse de l’ancien président depuis 13 ans, a quant à elle réagi sur Instagram, assurant que le «combat continue»: «Quel acharnement insensé mon amour… le combat continue, la vérité se fera jour», a déclaré la chanteuse.

Plusieurs politiques ont également réagi à la condamnation de Nicolas Sarkozy. Nicolas Jacob, président des Républicains, a notamment apporté son «soutien indéfectible» à l’ancien président français. «La sévérité de la peine retenue est absolument disproportionnée et révélatrice de l’acharnement judiciaire d’une institution déjà très contestée», a-t-il indiqué.

Le sénateur Bruno Retailleau s’est lui aussi rangé dans le camp des soutiens de Sarkozy, dénonçant «une condamnation extrêmement dure dans un dossier particulièrement faible» et appelant au respect de la «présomption d’innocence». Renaud Muselier, président de la région Sud, a de son côté tenu à témoigner son «amitié», sa «confiance» et son «profond respect» pour Nicolas Sarkozy, assurant que «le travail de la justice n’est pas terminé».

À gauche de l’échiquier politique, des élus se sont montrés bien moins critiques au sujet de la condamnation de l’ancien président. Julien Bayou, secrétaire national du parti Europe Ecologie-Les Verts a notamment salué la décision de la justice française. «On reconnaît une démocratie à sa capacité à juger ses dirigeant-es […] La corruption mine notre pacte démocratique et coûte des milliards chaque année», a-t-il déclaré.

(AFP/J.Z)

Votre opinion