Le Matin du Soir: Sauthier, buteur à 15 millions
Publié

Le Matin du SoirSauthier, buteur à 15 millions

Un but d'anthologie, un Romand chambré dans «TPMP» et un Röstigraben inversé sont au menu de cette édition du Matin du Soir.

par
Grégoire Napey
Rédacteur en chef

Il s'appelle Anthony Sauthier et il est le capitaine du Servette FC. Dimanche dernier, il a fêté ses 26 ans. Mais le jour le plus important pour lui cette année, voire pour toute sa carrière, est le lendemain. En effet, lors de la rencontre contre Zurich lundi, le latéral droit a réalisé un exploit incroyable, un chef-d’œuvre d’anthologie, une volée venue de nulle part, exécutée alors que son auteur est totalement excentré. Mais c'est bien au fond de la lucarne opposée que s'est terminée la trajectoire flottante du ballon.

En quelques jours, raconte notre spécialiste du foot suisse Nicolas Jacquier, la vidéo a fait le tour du monde, vue à ce jour plus de 15 millions de fois. Grâce à cette réussite, Anthony Sauthier peut directement prétendre au Prix Puskas, un trophée remis chaque année par la FIFA et récompensant le joueur ayant marqué le plus beau but de la saison écoulée.

D'autres sujets au menu de cette édition:

Arnaud Bédat sous les projecteurs

Le journaliste romand Arnaud Bédat s’est fait chambrer sur sa rondeur hier soir par un chroniqueur de l’émission de Cyril Hanouna «Touche pas à mon poste», sur C8. L'intéressé le prend avec humour, lui qui était déjà dans l'actualité via la sortie ces jours de son deuxième livre consacré au pape, «François seul contre tous». Interview par Vincent Donzé.

Les Romands sauveront-ils la RIE III?

Selon les sondages, les Romands pourraient être les sauveurs de la réforme fiscale des entreprises (RIE III). Si cela se confirme, ce sera une situation inédite, une sorte de Röstigraben à l’envers, où les Alémaniques votent plus à gauche que les Romands. Le dernier sondage Tamedia, publié le 1er février, montre que 38% seulement des premiers sont plus ou moins favorables à la réforme contre 55% des seconds. Essai d'explication par notre journaliste politique Eric Felley.

L'expo qui fait parler les assiettes

De nos jours, les assiettes avec des motifs fun se vendent de nouveau bien. Mais de plus en plus rares sont celles commémorant un événement. Au XIXe siècle, c’était pourtant la grande mode. Du bourgeois au paysan, tout le monde avait chez soi des assiettes dites «parlantes». Notre journaliste culturel Laurent Flückiger est allé au Musée Ariana de Genève, qui dévoile sa collection.

Votre opinion