Publié

automobileScandale Volkswagen: fin de la réunion du conseil de surveillance (agence)

Berlin, 22 sept 2015 (AFP) - Une réunion des membres les plus influents du conseil de surveillance du groupe Volkswagen, secoué par un scandale mondial de moteurs diesel truqués, s'est tenue mardi soir, affirme l'agence de presse allemande DPA.

"A l'issue de la réunion", rien n'a filtré sur d'éventuelles décisions, indique l'agence, qui cite des participants. "La réunion devrait se poursuivre mercredi", ajoute DPA, alors que la presse allemande avait déjà évoqué dans l'après-midi la tenue d'une telle réunion mercredi.

Ces informations n'ont pas pu être confirmées dans l'immédiat auprès de Volkswagen.

Auparavant, le journal Hannoversche Allgemeine Zeitung avait affirmé qu'une réunion du conseil de surveillance devait se tenir "mardi soir à l'aéroport de Braunschweig", près de Wolfsburg (nord), où se trouve le siège du groupe allemand.

Le patron du groupe Martin "Winterkorn a perdu la confiance des grands actionnaires", écrivait encore le journal, selon lequel plusieurs hauts cadres du groupe devaient également être présents.

Dans un message vidéo, M. Winterkorn avait présenté mardi après-midi ses "profondes excuses" et affirmé n'avoir pas lui-même à l'heure qu'il est "les réponses à toutes les questions". Il avait également promis de faire la lumière sur l'affaire, semblant démentir indirectement les rumeurs d'éviction imminente qui avaient circulé dans la journée.

Volkswagen a équipé pendant des années certaines voitures marchant au diesel d'un logiciel qui détectait les tests antipollution, et en faussait les résultats. Le groupe, qui fabrique aussi les Seat, Skoda, ou encore les Audi, a reconnu mardi que quelque 11 millions de voitures dans le monde étaient concernées, pas seulement de la marque Volkswagen.

L'affaire suscite une énorme commotion en Allemagne et dans le monde, avec des enquêtes ouvertes dans plusieurs pays. Les autres constructeurs, notamment les allemands Daimler et BMW, ont vite été soupçonnés, même s'ils réfutent tout agissement frauduleux. Leurs actions ont été très malmenées en Bourse ces deux derniers jours.

dsa/gkg

(AFP)

Votre opinion