Montreux Jazz - Scène du Lac: est-ce que la musique est bonne, bonne, bonne?
Publié

Montreux JazzScène du Lac: est-ce que la musique est bonne, bonne, bonne?

Organiser des concerts sur une nouvelle scène extérieure et sur l’eau entraîne de nouvelles contraintes. Détails avec l’ingénieur du son José Gaudin.

par
Laurent Flückiger
Interview – Laurent Flückiger Vidéo – Laura Juliano

José Gaudin est ingénieur du son façade à la Scène du Lac et employé Meyer Sound, qui fournit toutes les enceintes sur le festival. C’est sa 17e année au Montreux Jazz: il a commencé sur les bateaux, est passé ensuite à la scène extérieure Music In The Park puis au Jazz Club avant d’être responsable de cette toute nouvelle structure sur l’eau. Et qui dit Léman dit particularités avec les éléments extérieurs et réglages en conséquence. On a voulu voir avec lui si c’était compliqué.

«La scène fait face à la ville. L’une des premières contraintes a été de minimiser l’impact du son sur Montreux, qui n’a plus eu de concerts depuis deux ans, énumère José Gaudin. On tente aussi de récréer l’environnement qu’il y a à l’Auditorium Stravinski, avec des enceintes très proches mais pas de murs. On doit enfin tenir compte du vent et de la pluie.»

Un ingénieur du son heureux

L’ingénieur du son assure que les artistes sont pour l’instant très contents, que ce soit sur un set électronique comme celui de Woodkid ou une prestation acoustique. José Gaudin, lui aussi, est heureux. «Le paysage est incroyable. Au Stravinski, je me réjouis d’avoir une pause pour aller à l’extérieur, car c’est le même environnement tous les jours, admet-il. Mais, ici, quand l’orage menace, il y a tout un protocole de décisions qui entre en jeu. Et sur seize jours, c’est sûr qu’on va avoir toutes les météos.»

Montreux ne faillit pas à sa réputation de festival au super son, c’est ce que nous avons aussi pensé de notre côté. Même jeudi soir, sous une pluie diluvienne, pour l’incroyable prestation de Nathy Peluso. Oscar Anton, qui jouait mardi, nous a confié qu’entendre les gouttes dans les retours était pour lui «un moment magique»

Votre opinion