Publié

Transports publicsScepticisme autour de l'abo général du soir et des tarifs

La hausse des tarifs des transports publics de 2,3% laissent les associations de consommateurs partagées. L'introduction d'un abonnement général dès 19h ne fait pas l'unanimité.

les usagers vont devoir débourser davantage pour prendre le train dès décembre.

les usagers vont devoir débourser davantage pour prendre le train dès décembre.

Keystone

Les prix des transports publics augmenteront finalement moins que prévu en décembre. L'Union des transports publics a annoncé jeudi une hausse 2,3% au lieu des 2,9% initialement prévus. La branche va également tester en 2015 un abonnement général du soir dès 19h00, valable six mois, à un prix encore à déterminer. But: améliorer l'occupation des trains et des bus aux heures creuses. Mais cette nouveauté laisse sceptique l'organisation de défense des usagers du rail Pro Bahn.

Pour son président Jurt Schreiber, interrogé dans 20 Minuten, la mesure est inutile pour gagner de nouveaux clients dans le trafic de loisirs, comme le souhaite l'UTP. Il aurait fallu que l'horaire débute à 16h, au plus tard à 18h, selon lui. Il se demande qui va profiter de cet abonnement. Même un Bernois qui veut aller à l'opéra à Zurich ne peut pas en profiter, estime-t-il.

Quant à l'augmentation moins forte que prévu du prix des transports publics, elle est accueillie de manière mitigée. Pro Bahn note que des coûts supplémentaires vont quand même frapper de nombreux usagers du rail. Cette nouvelle est donc «aigre-douce» pour les passagers.

Peu d'enthousiasme

L'augmentation est également peu enthousiasmante pour la Fondation pour la protection des consommateurs alémaniques (SKS). «D'une part, l'atténuation de la hausse des tarifs est naturellement bienvenue», a déclaré à l'ats la directrice de la SKS Sara Stalder. Mais, d'autre part, elle se montre critique envers le nouveau système de vente de billets à prix réduits, car le passager ne peut plus se fier au principe «une prestation - un prix».

L'achat d'un tel titre de transport ressemble à une loterie, car on ne sait pas quand, pour quel parcours et à quelle hauteur ces réductions sont accordées, ajoute-t-elle. «Nous sommes résolument contre un tel système, car le passager n'a plus de transparence sur les prix», souligne Sara Stalder. Cette dernière n'épargne pas le Surveillant de prix, qui a approuvé ce système de réductions.

De son côté, l'organisation Konsumentenforum se montre plus indulgente. Dans un communiqué, elle se félicite de l'atténuation de la hausse des prix et salue des produits «innovants et axés sur les besoins», comme l'abonnement général du soir. Pour sa part, la Fédération romande des consommateurs (FRC) n'était pas disponible pour une réaction.

(ats/cht)

Votre opinion