Affaire du Concordia: Schettino risque plus de 16 ans de prison
Publié

Affaire du ConcordiaSchettino risque plus de 16 ans de prison

L'ex-commandant du Costa Concordia n'échappera pas à la prison si la cour de cassation confirme sa condamnation.

1 / 29
Le bateau italien effectuait une croisière de luxe en méditerranée le 13 janvier 2012 près de l'île de Giglio, au large de la Toscane.

Le bateau italien effectuait une croisière de luxe en méditerranée le 13 janvier 2012 près de l'île de Giglio, au large de la Toscane.

Keystone
Le paquebot transportait plus de 4200 passagers, principalement des touristes (en dehors des 1000 membres de l'équipage), dont 1000 Italiens, 500 Allemands et 160 Français.

Le paquebot transportait plus de 4200 passagers, principalement des touristes (en dehors des 1000 membres de l'équipage), dont 1000 Italiens, 500 Allemands et 160 Français.

Keystone
Les sauveteurs se précipitent vers le bateau pour commencer l'évacuation des 4200 passagers à bord.

Les sauveteurs se précipitent vers le bateau pour commencer l'évacuation des 4200 passagers à bord.

Keystone

La Cour de cassation italienne entendait vendredi les derniers arguments des avocats de Francesco Schettino, l'ex-commandant du paquebot de croisière Costa Concordia, qui pourrait se retrouver bientôt derrière les barreaux pour un naufrage ayant fait 32 morts en janvier 2012.

L'audience, ouverte dans la matinée, devait se poursuivre dans l'après-midi. La décision de la cour est attendue vendredi soir ou samedi.

«Le capitaine couard»

Francesco Schettino, surnommé le «capitaine couard» par les médias pour avoir abandonné le navire en pleine opération de sauvetage, a été condamné en février 2015 à 16 ans de prison ferme pour homicides, abandon de navire et naufrage, une peine confirmée en appel en mai 2016.

Il a été maintenu en liberté pour la durée de l'appel et du pourvoi en cassation, mais devrait être conduit en prison, ou s'y rendre de lui-même, très rapidement si la cour confirme sa condamnation.

Lors d'une première audience le 20 avril, le procureur auprès de la cour de cassation, Francesco Salzano, avait requis une confirmation de sa culpabilité.

Mais il avait aussi réclamé un renvoi devant une nouvelle cour d'appel, estimant que le capitaine méritait une peine plus lourde en raison de «circonstances aggravantes», alors que les juges lui ont pour l'instant trouvé des circonstances atténuantes.

Schettino absent

La défense réclame pour sa part un réexamen des responsabilités de tous les protagonistes, assurant qu'elles sont nettement plus partagées que ce que la justice a décidé jusqu'à présent.

Au terme de procédures négociées, la compagnie Costa a été condamnée à un million d'euros d'amende et cinq autres employés ont écopé de peines de 18 à 34 mois de prison.

Francesco Schettino n'était pas présent vendredi matin à l'audience. «Il attend. Il croit en la justice», a déclaré son avocat, Me Saverio Senese.

«Je m'attends à ce que ce procès se conclue finalement et que Schettino purge sa peine», a en revanche déclaré Me Alessandra Guarini, avocate des parties civiles. «Nous ne voulons pas de procès infinis».

Echoué à proximité de l'île

Au soir du 13 janvier 2012, le Costa Concordia, un navire de croisière deux fois plus gros que le Titanic, avait heurté un rocher alors qu'il naviguait trop près des côtes de l'île du Giglio, au large de la Toscane.

Il s'était alors échoué sur des rochers à quelques dizaines de mètres de l'île, avec à son bord 4229 personnes, dont 3200 touristes.

Son épave en partie immergée avait ensuite été renflouée et transportée en juillet 2014 jusqu'au port de Gênes où elle avait été démantelée.

(AFP)

Votre opinion