12.09.2019 à 09:22

Schläpfer a quitté son match pour voir jouer son fils

Hockey sur glace

Mercredi, la rencontre de Coupe à Huttwil a permis à Elvis Schläpfer de jouer son premier match avec les pros de Bienne. Sous les yeux de son père.

par
Grégory Beaud, Huttwil
Elvis Schläpfer avec son père Kevin

Elvis Schläpfer avec son père Kevin

Grégory Beaud

Lors de cette seconde soirée de Coupe de Suisse, le Langenthal de Kevin Schläpfer se déplaçait à Lucerne pour une rencontre très déséquilibrée (1-13). «Quel rapport avec ce Huttwil - Bienne?», me direz-vous. Il se trouve que le directeur sportif du SCL en a profité pour prendre la tangente à la mi-match afin de parcourir les 45 kilomètres entre Lucerne et Huttwil.

La raison? Son fils y disputait son premier match avec les «grands» du HC Bienne. «Je n’ai vu que le troisième tiers, a rigolé le volubile bâlois. Comme Langenthal menait 7 ou 8-1, je me suis dit que je pouvais me permettre ce petit détour. Je pense que cela valait la peine de voir Elvis jouer avec Bienne.»

«Mieux pour lui»

Membre des élites de la formation seelandaise, le joueur de centre, 18 ans, poursuit son développement au sein d’un club qui fait la part belle à ses jeunes pousses. «Pour lui, c’est super d’être resté à Bienne, a remarqué celui qui a longtemps été l’homme-orchestre du HCB. Comme je ne suis plus là, on ne peut pas dire que je le favorise. S’il a obtenu cette place pour ce match de Coupe, c’est qu’il l’a méritée.» Au centre de la seconde ligne, Elvis Schläpfer n’a pas paru trop emprunté pour ses grands débuts. «Tout va très vite, nous a-t-il confié. Mais je suis satisfait. J'ai surtout essayé de jouer simple.»

A la Tissot Arena, le jeune homme poursuit sa progression en tant que hockeyeur, en parallèle de son apprentissage d’employé de commerce. «Le développement mis en place est idéal, détaille Kevin Schläpfer. Pour un jeune joueur, il n’y a pas de meilleure adresse. Et comme Elvis est un fan du HCB depuis qu’il est tout petit... un peu à cause de moi! (rires) C’est super de le voir désormais y jouer.»

L’espoir s’entraîne actuellement avec la première et dispute les matches de juniors élites avec les M20. «C’est l’idéal pour progresser, remarque-t-il. Tout comme disputer un match professionnel est une opportunité incroyable. Je sais que je dois ma place aux nombreuses absences, mais j’en ai quand même bien profité.»

Ses joueurs le narguent

Kevin Schläpfer a assisté depuis les tribunes à une troisième période qui a vu le HC Bienne finir par s’imposer 1-4 après avoir été mené 1-0 par une belle équipe d’Huttwil. «Nous n'avons pas paniqué, a remarqué Elvis Schläpfer. Mais il est vrai que nous aurions peut-être pu nous éviter quelques soucis en ne commençant pas par prendre ce premier but.» Assis à côté de son ancien boss, Daniel Villard, Kevin Schläpfer n’a pas raté une miette de la fin de match de son fils. «Je pense que c’était plus spécial pour lui que pour moi, a-t-il pouffé. Mais je suis obligé d’avoir un petit pincement au cœur en voyant un maillot avec le nom Schläpfer jouer dans la première équipe.»

Elvis confirme l’impression de son paternel. «Ce n’était pas la première fois qu’il me voyait jouer, a-t-il souri après avoir pris la pose avec lui. Moi? Disons que je me souviendrai un moment de mon premier match professionnel. Surtout que mon père a fait l’effort de venir me voir. C’est une chance.»

Il pourra remercier les joueurs de Langenthal, qui ont fait le job pour offrir ce cadeau à leur nouveau directeur sportif. «Ils viennent de m’envoyer une photo du vestiaire. Ils mangent un gâteau d’anniversaire et me narguent car je ne suis pas là, nous confie-t-il, preuve à l’appui. Si c’était à refaire, je le referais.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!