29.11.2015 à 06:12

Chômage partielSchneider-Ammann veut une prolongation à 18 mois

Le ministre de l'économie fera une demande au Conseil fédéral pour pouvoir étendre la mesure six mois de plus qu'actuellement.

Pour "donner aux entreprise du temps" et "maintenir l'emploi en Suisse", le ministre de l'économie veut prolonger à 18 mois le chômage partiel aujourd'hui mobilisable pour 12 mois.

Pour "donner aux entreprise du temps" et "maintenir l'emploi en Suisse", le ministre de l'économie veut prolonger à 18 mois le chômage partiel aujourd'hui mobilisable pour 12 mois.

Keystone

Le ministre de l'économie Johann Schneider-Ammann souhaite étendre à 18 mois l'autorisation pour le chômage partiel accordée aux entreprises en janvier. Dans la Zentralschweiz et l'Ostschweiz am Sonntag, il annonce qu'il fera une demande en ce sens au Conseil fédéral.

«En prolongeant à 18 mois le chômage partiel, nous communiquons des conditions claires et un signal important: nous donnons aux entreprises davantage de temps pour qu'elles s'adaptent au nouveau cadre et essayons par là même de maintenir l'emploi en Suisse», explique le ministre dans cette interview aux journaux alémaniques.

Fin janvier dernier, après l'abandon du taux plancher de l'euro, l'autorisation de chômage partiel avait été introduite pour 12 mois.

5300 employés en octobre

«Le chômage partiel devrait être utilisé lorsque l'on voit la lumière au bout du tunnel, soit pour court-circuiter un problème limité dans le temps», commente Johann Schneider-Ammann. A fin octobre, quelque 5300 employés de 400 firmes étaient concernés par la mesure. En 2011 déjà, le Conseil fédéral avait prolongé à 18 mois le chômage partiel introduit en réponse au franc fort.

Johann Schneider-Ammann avait annoncé le 27 janvier dernier avoir chargé le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) d'autoriser le versement d'une indemnité en cas de réduction de l'horaire de travail motivée par des variations de change. Avant cette décision, 14 demandes d'indemnités de chômage partiel étaient déposées en moyenne par jour, contre 34 par la suite.

Les mesures de chômage partiel permettent aux entreprises de compenser temporairement une baisse du volume de travail. Les demandes liées à une diminution du chiffre d'affaires ne sont pas prises en considération.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!