Actualisé

CulteSean Astin: conversation avec un hobbit à Lausanne

L’acteur qui joue Sam dans «Le seigneur des anneaux» était au Swiss Fantasy Show le week-end dernier. Interview.

par
Laurent Fluckiger
1 / 17
On a rencontré l'acteur Sean Astin. Vous vous souvenez de lui?

On a rencontré l'acteur Sean Astin. Vous vous souvenez de lui?

Darrin Vanselow
On l'a découvert en 1985 dans «Les Goonies» (2e à g.).

On l'a découvert en 1985 dans «Les Goonies» (2e à g.).

DR
Entre 2001 et 2003, il a été le hobbit Sam Gamgie, fidèle compagnon de Frodon (Elijah Wood).

Entre 2001 et 2003, il a été le hobbit Sam Gamgie, fidèle compagnon de Frodon (Elijah Wood).

DR

Si ce n’est les lunettes de vue, Sean Astin, 47 ans, correspond bien à son personnage de Bob dans «Stranger Things»: une corpulence un peu forte, un regard mélancolique et l’apparence d’un gars profondément gentil. Ça ne l’a pas empêché de se faire éviscérer par un démo-chien dans la saison 2 de la série phénomène. Tout de même, quinze ans auparavant, en jouant Sam Gamgie, il participait grandement à sauver de la destruction la Terre du milieu dans la trilogie du «Seigneur des anneaux». Plus tôt, en 1985, il découvrait un trésor en compagnie des Goonies!

Ce nice guy a en effet pris part à trois fictions cultes. Et ce week-end, il était l’invité du Swiss Fantasy Show à Lausanne. C’est là que nous l’avons rencontré, juste avant qu’il signe des autographes et parle de hobbits, de Sinok et d’Eleven.

Vous devez avoir un très bon agent pour réussir un tel tir groupé à l’écran!

Vous connaissez «Rudy»? C’est l’un des meilleurs films de sport. Le rêve du personnage principal est de jouer au football. Il n’a pas le talent mais il est déterminé à y arriver. Un jour, on lui donne sa chance et c’est son identité jusqu’à la fin de son existence. J’ai un peu la même histoire, c’est ma détermination qui a construit ma carrière et ma vie. Il y a un moment où l’industrie du cinéma a eu besoin de quelqu’un qui est comme Sam Gamgee, qui a du cœur. Je ne suis pas parfait mais je me soucie beaucoup de l’humain et je crois que ça se reflète sur les personnages que je joue.

Quelle était l’ambiance sur le tournage des «Goonies»?

C’était une aventure, comme celle à l’écran. Steven Spielberg et Richard Donner ont choisi des enfants avec le même caractère que leur personnage, les ont mis ensemble et ont essayé de capter le léger chaos ambiant, l’enthousiasme et la folie.

Avez-vous vu la même ambiance sur le tournage de «Stranger Things»?

Ces jeunes sont plus sophistiqués que nous l’étions et bien plus professionnels. Aussi, ils ont grandi avec les réseaux sociaux. Avec les Goonies, nous avions fait quelques pubs. Eux font des couvertures de magazines, des émissions de TV. Mais ils ont tous l’air d’avoir une mentalité optimiste et sont reconnaissants de ce qu’ils vivent, je nous retrouve là-dedans.

Y a-t-il eu un moment particulièrement difficile durant le tournage épique du «Seigneur des anneaux»?

Le tournage était incroyable, ma femme et ma petite fille m’avaient accompagné. Mais je n’ai jamais travaillé si dur de ma vie. On tournait de 4 h à 21 h et je ne pouvais pas bouger avec mes faux pieds de hobbit, sauf le temps de courir durant une scène puis il fallait attendre patiemment qu’on les répare. Avec les fausses oreilles, je n’entendais rien, il faisait froid, ça collait… Un jour que j’étais seul au maquillage, je me suis regardé dans le miroir et j’ai eu une crise d’angoisse. C’était la première fois. Je me disais: «Et si je n’arrive pas à continuer?» Pourtant, j’ai toujours été consciencieux. Mais je paniquais car je ne pouvais pas tout quitter. Psychologiquement je n’étais pas bien car je devais être gros durant deux ans. Je regardais ce gros type dans le miroir, je ne voyais plus Sean, je voyais Sam. À la fin du tournage, j’avais perdu 15 kilos. C’est comme si j’avais gagné un million de dollars, je voulais signer pour un an de plus.

Le vrai héros, ça a toujours été Sam et non Frodon…

Non. Mais j’aime bien vous l’entendre dire. (Rires.) Frodon est la figure du Christ, il se sacrifie. Peut-être dans le film est-ce difficile de voir à quel point il se détruit. Il ne pouvait pas faire tout ce qu’il a fait sans Sam, c’est vrai, mais pas non plus sans la communauté. Je sais que les gens réagissent positivement à la loyauté de Sam, à son courage et à son incapacité à abandonner quand c’est le plus important. C’est la marque des leaders, même s’il est un servant. Et il a aussi des répliques géniales. (Il rit et prend la voix plus douce de Sam.) «C’est comme dans les grandes histoires, monsieur Frodon, celles qui importaient vraiment…» «En quoi avons-nous foi, Sam?» «Il y a du bon en ce monde, monsieur Frodon, et il faut se battre pour cela.» Bien sûr que ce gars est le héros! (Rires.)

Quel est votre avis sur la série que prépare Amazon sur l’œuvre de J.R.R. Tolkien?

Je suis excité, ça devrait être bien! Mais je n’arrive pas à croire ce qu’ils ont dépensé pour obtenir les droits (ndlr.: on parle d’un milliard de dollars.) Cette série n’enlèvera rien aux films: ce sont les œuvres de cinéma les plus brillantes jamais faites. Avoir pu jouer un petit rôle à ça est le cadeau de ma vie et celui de mes enfants et de mes petits-enfants. Rien ne le remplacera. Je me demande juste si la série aura le même look. S’ils ne tournent pas en Nouvelle-Zélande, ils pourraient le faire en Suisse!

Votre opinion