Automobilisme: Sebastian Vettel veut revenir chez Red Bull
Publié

AutomobilismeSebastian Vettel veut revenir chez Red Bull

Viré de chez Ferrari, le quadruple champion du monde vise désormais une place au côté de Max Verstappen en 2021. Et le patron est pour!

«Pour le moment, je ne sais pas ce que je vais faire: courir, faire une pause ou carrément prendre ma retraite.» C'est signé Sebastian Vettel.

«Pour le moment, je ne sais pas ce que je vais faire: courir, faire une pause ou carrément prendre ma retraite.» C'est signé Sebastian Vettel.

DR

----------

Avec le soutien de Dietrich Mateschitz

Au sein de la famille Red Bull, avec ses centaines de sportifs, on le surnomme affectueusement «Dieu». Il décide et contrôle tout, du haut de son bureau de Fuschl Am See, près de Salzburg, en Autriche.

Même s'il a délégué la gestion de ses activités «sport auto» à Helmut Marko, un ancien pilote fortuné, Dietrich Mateschitz donne toujours les impulsions. Jeudi, il aurait laissé entendre qu'il verrait d'un bon oeil le retour de Sebastian Vettel dans son écurie.

Le patron de Red Bull, Dietrich Mateschitz, n'est pas contre l'idée de voir revenir Sebastian Vettel dans son écurie (Photo: Keystone).

Le patron de Red Bull, Dietrich Mateschitz, n'est pas contre l'idée de voir revenir Sebastian Vettel dans son écurie (Photo: Keystone).

Le propriétaire de Red Bull est un homme fidèle. Sebastian Vettel, c'est «son» premier champion du monde, celui que la marque a suivi depuis ses débuts en Formule BMW et qu'elle a accompagné jusqu'en F1. Lorsque «son» pilote a annoncé son départ pour Ferrari, en octobre 2014, un beau matin à Suzuka, toute l'équipe Red Bull s'est sentie blessée. Mais le temps a coulé. Depuis, tout est pardonné.

Si Helmut Marko vient d'annoncer qu'il ne voyait pas de place pour Sebastian Vettel au côté de Max Verstappen (il est très satisfait des performances d'Alex Albon), l'intervention divine, jeudi, a tout changé. Au circuit de Spielberg, où le deuxième Grand Prix d'affilée se déroulera dimanche, le pilote allemand a confirmé qu'il se verrait bien de retour chez Red Bull en 2021: «C'est une équipe très forte, ils ont une voiture qui gagne des courses, et je suis ici pour gagner. S'ils me faisaient une proposition, ma réponse serait probablement oui… Max (Verstappen) n'est pas un problème: si vous voulez gagner, vous devez pouvoir battre n'importe quel coéquipier. Mais j'ai besoin de temps pour prendre une décision, quoi qu'il arrive. Pour le moment, je ne sais pas ce que je vais faire: courir, faire un pause ou carrément prendre ma retraite.»

Le pilote allemand, actuellement chez Ferrari, a clairement affirmé son intérêt concernant un retour chez Red Bull (Photo: Keystone).

Le pilote allemand, actuellement chez Ferrari, a clairement affirmé son intérêt concernant un retour chez Red Bull (Photo: Keystone).

Sebastian Vettel a admis avoir discuté de l'avenir avec Renault, qui lui a finalement préféré Fernando Alonso. Il a enfin été riche en éloges pour l'écurie Racing Point, avec leur «Mercedes B», qui s'appellera Aston Martin en 2021 - et dont le patron, Otmar Szafnauer, aimerait l'engager. Sebastian Vettel semble avoir le choix…

----------

Romain Grosjean surpris par la faiblesse du moteur Ferrari

Le Genevois Romain Grosjean admet se faire du souci: le moteur Ferrari a montré d'immenses faiblesses en mode «qualifications» par rapport à l'an dernier – les deux Alfa Roméo Sauber et son coéquipier Kevin Magnussen ont d'ailleurs été éliminés en Q1. «J'ai été choqué par le moteur, a-t-il déclaré jeudi dans le paddock. Il y a beaucoup moins de puissance que l'an dernier.»

Le pilote genevois n'est pas rassuré par la puissance du moteur Ferrari (Photo: Keystone).

Le pilote genevois n'est pas rassuré par la puissance du moteur Ferrari (Photo: Keystone).

Le problème, c'est que les moteurs seront figés jusqu'à fin 2021, et qu'aucune évolution du châssis n'est prévue chez Haas.

Comme un malheur ne vient jamais seul, l'écurie américaine fait face à d'importants problèmes de freins, qui ont entraîné l'élimination des deux voitures lors du premier Grand Prix, dimanche dernier. «Ce n'est pas génial de commencer une course en sachant qu'il faut économiser les freins dès le deuxième tour», a encore admis Romain Grosjean. Après sept mois sans Grand Prix, la première course s'est avérée très dure pour l'écurie américaine.

----------

Mercedes va changer une partie de sa boîte de vitesses

Si l'écurie Mercedes a dominé les qualifications et la course, dimanche dernier, elle a eu chaud: des problèmes de boîtes de vitesses ont failli causer deux abandons. «Oui, le résultat de ce premier Grand Prix est bon sur le papier, mais en réalité nous avons eu beaucoup de chance. Comme la saison est très courte, nous devons résoudre nos problèmes sans perdre de temps», admet Toto Wolff, le patron.

Toto Wolff, le patron de l'écurie Mercedes (Photo: Keystone).

Toto Wolff, le patron de l'écurie Mercedes (Photo: Keystone).

C'est ainsi que l'écurie championne du monde va amener de nouveaux composants pour sa boite de vitesses. «Nos principaux problèmes se concentraient sur les composants électriques de la boîte, et ils étaient causés par les bordures agressives de Spielberg», explique-t-il. «On a remarqué le problème vendredi, et on a tout de suite cherché à y apporter des solutions. Ce week-end, nous aurons de nouvelles pièces qui tenteront d'apporter un début de solution.»

Votre opinion