23.08.2018 à 06:31

FootballSeoane et YB: choisir la bonne approche

Aller chercher la qualification ou défendre? Le coach de Young Boys a un vrai choix à effectuer avant le retour, mardi à Zagreb. Un choix qui pèse des dizaines de millions.

par
Tim Guillemin, Berne

Dès le coup d'envoi mercredi au Stade de Suisse, YB a montré quelles étaient ses intentions: l'attaque à outrance. Sur son synthétique, devant son public, le champion de Suisse s'est appuyé sur ses forces et a tout tenté pour faire mal au Dinamo Zagreb, qui ne s'attendait sans doute pas à prendre une telle tempête en pleine face.

Pendant vingt minutes, les Bernois ont été magnifiques de générosité et d'enthousiasme. Ils auraient mérité de mener de deux ou de trois buts et leur public a adoré. Les spectateurs étaient ravis de voir leur équipe attaquer aussi fort, même dans un match valant au minimum vingt millions de francs, soit la prime de participation assurée en cas de participation à la phase de poules de la Champions League.

Attaquer au risque d'exploser?

Au final, ce 1-1 ne rend pas justice aux Bernois, qui ont baissé pied au fil du match. Et ce résultat nul les met surtout dans une position inconfortable avant le match retour, mardi au stade Maksimir. Quelle approche choisir, maintenant? Les Croates, eux, sont venus en Suisse avec une seule intention: contrer. Leur plan de jeu était basique et il a payé, même s'ils auraient mérité d'être punis en première période. Gerardo Seoane, lui, va devoir bien réfléchir d'ici à mardi.

Va-t-il demander à son équipe d'attaquer, au risque d'exploser? Ce serait beau, quelque part, de ne pas renier ses principes lors du match le plus important de l'année toutes compétitions confondues, mais cette tactique comporte évidemment des risques. Elle se justifierait pourtant: YB a prouvé mercredi être la meilleure des deux équipes, ou en tout cas celle disposant du potentiel offensif le plus impressionnant. Aller au stade Maksimir et attaquer pourrait être payant surtout que, détail non négligeable, les Bernois seront éliminés au coup d'envoi. Ses joueurs ne demandent d'ailleurs que ça: aller mettre le feu à la défense croate.

Une lourde pression

Mais il existe une autre option: puisque le Dinamo Zagreb aime contrer, pourquoi ne pas lui ôter cette joie et l'attendre? YB possède la vitesse pour faire mal à la défense croate et pourrait décider de surprendre le champion de Croatie, qui sera quand même forcé d'attaquer un peu devant son public.

Alors, dans quel état d'esprit aborder cette rencontre? La réponse à cette question vaut vingt millions. Et Gerardo Seoane n'a pas le droit à un joker: il doit effectuer le bon choix du premier coup. A lui de trancher, en sachant qu'il est observé par ses joueurs, ses dirigeants, ses supporters et tout le football suisse, tant une participation d'YB à la Champions League ferait du bien au pays entier.

La pression qui pèse sur les épaules de ce jeune entraîneur est lourde, mais il est difficile de l'en plaindre: il connaissait la donne quand il a accepté le poste. A lui de prendre ses responsabilités et à ses hommes de jouer.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!