11.12.2018 à 14:19

Seoane: «Montrer que nous avons appris»

Football

L’entraîneur d’YB veut voir son équipe réaliser une grande prestation mercredi face à la Juventus.

par
Tim Guillemin, Berne
Gerardo Seoane aimerait bien garder son sourire jusqu'à mercredi soir.

Gerardo Seoane aimerait bien garder son sourire jusqu'à mercredi soir.

Keystone

Avant le tirage au sort de la phase de groupes de la Ligue des champions, Young Boys espérait accrocher la troisième place et se permettait même de rêver à la deuxième. Mais le verdict des boules a calmé tout le monde: Manchester United, Valence et la Juventus. Trois grandes adresses européennes. L’objectif, dès lors, ne pouvait qu’être celui de ne pas être ridicule.

«Il faut être clair, l’écart entre la Super League et la Champions League est très élevé, surtout dans deux domaines, explique Gerardo Seoane. Le premier, c’est la qualité individuelle. Tu peux mettre en place tous les systèmes que tu veux, au bout d’un moment, il y a des duels. Et quand c’est Cristiano Ronaldo en face, ou Paulo Dybala, tu as plus de chances de perdre ce duel que face à un joueur du championnat suisse, même si tu fais des prises à deux.»

Et le deuxième domaine où l’écart se fait sentir? «L’expérience. Les trois top clubs que nous avons affronté ont l’habitude de la Champions League. Cela se sent sur le terrain, mais aussi en dehors. Nous, on découvre», continue l’entraîneur d’YB.

Aebischer: «Là, il s’agit d’honneur»

Si les Bernois sont assurés de terminer derniers de leur groupe avant même cette dernière journée, ils ne vont pas brader le match pour autant. «Bien sûr que non, assure même le milieu de terrain Michel Aebischer. Ce match a de l’importance pour nous. Une grande importance, même. Là, il s’agit d’honneur, de gagner un match dans cette édition de la Champions League. On a eu un public formidable lors des cinq premières journées, que ce soit à la maison ou à l’extérieur. On aimerait lui offrir une victoire pour terminer».

Aebischer, d’habitude plutôt un joueur de complément, devrait être titulaire ce mercredi au Stade de Suisse en raison de l’absence de Sékou Sanogo (suspendu). YB a d’ailleurs plusieurs problèmes d’effectif, puisque Miralem Sulejmani (fracture du pied, dix semaines d’arrêt) et Steve von Bergen sont, eux aussi, indisponibles.

Pas question pourtant de ne pas croire en ses chances, selon Gerardo Seoane: «C’est un gros défi, bien sûr. Si nous sommes dans un bon jour et l’adversaire peut-être pas au top, on peut espérer marquer un ou plusieurs points…. Mais on ne va pas faire de pronostics, ça ne sert à rien».

«Apprentissage collectif et individuel»

Young Boys était passé complètement à côté du match aller, s’inclinant 3-0 sans combattre face à une équipe emmenée par le génie de Paulo Dybala, auteur d’un hat-trick ce soir-là à Turin. «Oui, mais c’était il y a longtemps. L’équipe a grandi depuis ce match et on l’a prouvé à Valence et à Manchester. La rencontre de mercredi sera importante car nous voulons montrer que nous avons appris. A Old Trafford, on a été flexibles tactiquement et aussi plus offensifs, ce qui m’a réjoui. La Champions League, c’est ça: un apprentissage collectif et individuel.»

L’objectif d’YB est clair: revenir dans la compétition-reine à l’automne 2019 avec plus d’expérience. Pour espérer cette fois terminer deuxième ou troisième, à la régulière. Cette année, la marche était objectivement trop haute, ce qui ne doit pas empêcher de finir en beauté. Au contraire.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!