Actualisé

TensionsSéoul évoque une «action militaire» pour protéger ses citoyens

Le ministre sud-coréen de la Défense a annoncé mercredi disposer d'un plan d'urgence, qui prévoit un possible recours à la force, pour garantir la sécurité de ses citoyens travaillant dans le complexe industriel de Kaesong.

Le site intercoréen de Kaesong.

Le site intercoréen de Kaesong.

AFP

«Nous avons préparé un plan d'urgence, y compris une possible action militaire, en cas de situation grave», a déclaré Kim Kwan-Jin lors d'une réunion de députés du parti conservateur majoritaire.

«Nous devons tenter d'empêcher la situation d'empirer», a-t-il ajouté.

La Corée du Nord a empêché mercredi matin les employés sud-coréens d'entrer au sein de Kaesong, symbole de la coopération entre les deux pays, mais avait indiqué que les Sud-Coréens se trouvant à l'intérieur pourraient le quitter.

Selon Séoul, seuls neuf Sud-Coréens, sur les 861 présents à l'intérieur, avaient pu repartir en début d'après-midi, heure locale.

Plusieurs ont choisi de rester au sein du complexe pour s'assurer du bon fonctionnement des sociétés pour lesquelles ils travaillent, a précisé le ministère sud-coréen de l'Unification, en charge des relations entre les deux pays.

Kaesong, ouvert en 2004, emploie 53'000 Nord-Coréens travaillant pour le compte de 120 entreprises sud-coréennes, dans le secteur manufacturier principalement (habits, chaussures, montres, ustensiles de cuisine...). Il accueille également plusieurs centaines de Sud-Coréens.

La fermeture de Kaesong, une première depuis 2009 --le site avait été fermé une seule journée--, intervient dans un contexte de très vives tensions dans la péninsule.

(AFP)

Votre opinion