06.07.2019 à 11:01

StravinskiSept choses que vous ne saviez pas sur Rag'n'Bone Man

Le protégé du Montreux Jazz est maintenant devenu une star internationale et sera en concert ce soir à l'auditorium.

von
FDA
Le talent du chanteur est aussi grand que sa taille, il mesure 1,96 mètre.

Le talent du chanteur est aussi grand que sa taille, il mesure 1,96 mètre.

AFP

Il avait déjà joué lors de la conférence de presse du Montreux Jazz et au Lab en 2016, Rag'n'Bone Man est sur le point de fouler la scène du Stravinski ce soir. Le festival avait parié sur lui bien avant qu'il explose dans les charts. Un très bon flair! Il avait été invité l'an passé, mais a dû annuler sa venue au dernier moment. Sa voix l'ayant lâché. Autant vous dire qu'il est prêt à mettre le maximum pour ce show. Avant de l'écouter chanter, on vous propose de découvrir sept points que vous ne saviez peut-être pas sur le soulman de 34 ans.

Il a découvert la musique très tôt grâce à sa mère qui écoutait Bessie Smith, Duke Ellington, Muddy Waters ou Howlin' Wolf. «Telle fut mon introduction à la musique, dit-il. Je ne pouvais pas en rêver de meilleure. Vers 14 ans, j’ai cessé d’écouter la même chose que mes parents pour aller vers le hip-hop, le hard-rock, le metal, mais les bases étaient posées. Je suis ouvert à tous les styles.» A 15 ans, il forme son premier groupe de drum'n'nbass intitulé: Rag'N'Bonez.

Son nom d’artiste, Rag'n'Bone Man, fut choisi en référence à une série télé comique des années 1970 qui mettait en scène deux ferrailleurs. «Et je trouvais aussi que ça sonnait «blues», remarque-t-il.

Avant de se lancer professionnellement dans la musique, Rory Graham a ­travaillé dans un tout autre domaine. «J’étais un très mauvais élève. Rien ne m’intéressait, sauf la musique. Mais j’aimais m’occuper de personnes en difficulté, d’autistes. Cela me semblait naturel d’aider les gens. J’ai aimé ce boulot que j’ai fait pendant cinq ou six ans. Travailler avec des autistes vous apprend la compassion et l’empathie. Et le week-end, je prenais ma guitare et j’allais chanter dans les pubs qui voulaient bien de moi. Je traversais parfois tout le pays de nuit pour me produire devant un public pas toujours attentif.»

Son titre «Human» l'a propulsé en tête des classements et l'a fait connaître dans toute l'Europe. Il s'est vendu à plus de 1,2 million d'unités au Royaume-Uni et il a été certifié cinq fois disque de platine en Suisse (250 000).

Le chanteur peut compter sur le soutien de grandes stars de l'industrie musicale. Il raconte qu'un jour alors qu'il était au bureau, son téléphone portable a sonné. «C'était marqué «numéro masqué» et normalement je ne réponds jamais à ce genre d'appel. Il a dit: «C'est Elton!» J'étais surpris! Il voulait m'appeler pour me dire à quel point il aimait ma musique, ce qui m'a semblé très agréable de la part d'un des meilleurs compositeurs de tous les temps. Il n'était pas obligé, cela a éclairé ma journée.»

Il était plus timide au départ et n'osait pas se mettre derrière un micro pour chanter. Il avait raconté au «Matin», en 2016, que c'est le whisky lui a donné un petit coup de pouce. «En fait, mon père m'emmenait à des jam-sessions de blues. Je participais avec mon harmonica, et même si je connaissais par cœur tous les morceaux que l’on jouait, je n’avais pas assez confiance pour les chanter. Un soir, mon père a insisté pour que je chante, alors j’ai bu du whisky et j’ai trouvé le courage de monter sur scène.»

Le gros producteur de hip-hop DJ Premier lui a écrit un message sur un réseau social pour dire à quel point il était incroyable. «Un pote m'appelle pour me dire d’aller sur Twitter. Je m’exécute et vois que DJ Premier a publié un commentaire hyper-positif sur moi. Je n'en revenais pas. Mais le plus fou, c’est qu’il m’a contacté lorsqu'il a débarqué en Angleterre. On a passé deux ou trois jours en studio et c’était complètement dingue.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!