06.09.2015 à 07:04

Sept gestes qu’on peut faire en Suisse pour venir en aide aux réfugiés

Asile

Des centaines de Suisses se mobilisent pour les migrants. Leurs possibilités d’action sont nombreuses même si les réfugiés n’affluent pas.

par
Camille Krafft
Plusieurs manifestations en faveur des réfugiés ont eu lieu cette semaine, comme hier à Zurich où le rassemblement pacifique de 3000?personnes a été émaillé d’accrochages. La police a fait usage de balles en caoutchouc contre une partie des manifestants.

Plusieurs manifestations en faveur des réfugiés ont eu lieu cette semaine, comme hier à Zurich où le rassemblement pacifique de 3000?personnes a été émaillé d’accrochages. La police a fait usage de balles en caoutchouc contre une partie des manifestants.

Keystone

1) Héberger Outre le projet de l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (sur www.osar.ch), qui permet à des migrants de trouver des places dans des familles dont les logements correspondent à certains critères, il est possible dans plusieurs cantons (notamment Vaud, www.evam.ch) d’accueillir un réfugié en signant une convention de sous-location et en étant rémunéré selon les normes d’assistance. Renseignements auprès des établissements cantonaux d’accueil des migrants. En Suisse alémanique, le projet Wegeleben (www.wegeleben.ch), de Caritas Berne, cherche en outre des appartements à proposer en colocation aux migrants. 2) Nourrir Même si les besoins de base des migrants sont couverts par l’Etat, la nourriture joue un rôle essentiel dans les échanges. «Sans y mettre de grands moyens, on peut par exemple inviter les enfants d’un centre à partager un pique-nique, ou inviter des adultes chez soi pour le dîner, explique Stefan Frey, de l’OSAR. Ce qui compte, c’est l’aspect humain.» Renseignements directement auprès des centres d’accueil ou des communes où vivent les réfugiés en appartement. 3) Enseigner Tous les migrants qui arrivent en Suisse romande ont besoin d’apprendre le français. Des cours sont organisés par les différentes associations qui les soutiennent, comme le GAMEP à Epalinges (VD). 4) Donner de l’argent La Chaîne du Bonheur a notamment lancé une collecte cette semaine en faveur des réfugiés. Les dons peuvent être versés sur le compte 10-15000-6, assortis de la mention «Réfugiés», sur le site www.bonheur.ch ou via l’application «Swiss Solidarity». 5) Donner ses points La Solicarte permet d’offrir ses points cumulus à des réfugiés. En Suisse alémanique, différents groupes collaborent avec des organisations régionales qui s’engagent dans le domaine de l’asile et de la migration. Le projet est en cours de planification en Suisse romande. (solicarte.ch/fr). 6) Donner des vêtements ou des jouets On peut donner ses vêtements en bon état à la collecte de textiles organisée par Caritas. Ces dons profitent notamment aux requérants d’asile ou aux réfugiés. Sont particulièrement recherchés des affaires pour bébé bien entretenues, des habits d’hiver, des chaussures et du linge de maison. Selon les régions, les Caritas reçoivent volontiers des jouets, des articles ménagers, des vélos et des meubles. 7) Coacher De nombreuses organisations offrent à des réfugiés d’être coachés par des bénévoles, notamment lorsqu’ils font des démarches administratives ou recherchent un appartement, ce qui peut s’avérer très compliqué. A Neuchâtel, le projet LINK de Caritas, actuellement en phase test, met ainsi en lien des réfugiés statutaires avec des bénévoles dans ce but (www.caritas-neuchatel.ch).

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!