Ski alpin - Sept mois après sa chute, Urs Kryenbühl reprend de la vitesse
Publié

Ski alpinSept mois après sa chute, Urs Kryenbühl reprend de la vitesse

Après une chute effrayante sur la Streif à plus de 140 km/h, le Schwytzois a repris l’entraînement à haute intensité avec succès.

par
Thibaud Oberli
Urs Kryenbühl ravi après une course à Val-d’Isère en décembre 2020.

Urs Kryenbühl ravi après une course à Val-d’Isère en décembre 2020.

REUTERS

Revenir à son meilleur niveau après une chute ne fait pas peur à Urs Kryenbühl. Le skieur l’a déjà prouvé. En 2015, engagé en Coupe d’Europe, il a chuté sur le tracé de Selle Nevea en Italie. Comme il l’expliquait à Blick en juin: «Quatre ans plus tard, je suis retourné sur cette piste et j’étais extrêmement nerveux, avant de remporter la course. Je considère cela comme un bon présage pour mon retour à Kitzbühel.» L’optimisme est donc de mise dans la tête du sportif.

Un état d’esprit qui se reflète aussi dans la progression physique du skieur, qui a pu reprendre l’entraînement à haute intensité cette semaine. Une bonne nouvelle qui intervient 7 mois après son accident sur la Streif et ses nombreuses blessures (commotion cérébrale, fracture de la clavicule et déchirure des ligaments du genou (droit)).

Un traitement non-conventionnel qui porte ses fruits

Malgré la gravité de la situation, l’athlète a pris une décision qui a étonné certains de ses entraîneurs et des membres du staff de l’équipe nationale. En effet, le sportif qui suit aussi un régime végan, a refusé de se faire opérer et à tenu à être pris en charge par le père de sa petite amie, qui officie en tant que naturopathe.

Un choix qui s’est avéré payant, puisqu’il a pu progressivement se remettre en forme et que le début de la saison, dans trois mois à Lake Louise, semble à sa portée. À la mi-mars, il ressortait déjà les lattes sur le domaine d’Hoch-Ybrig dans le canton de Schwytz. En juin, c’est au centre d’entraînement de Tenero que l’athlète continuait à se reconstruire. Des séances de tennis, de VTT, de condition physique ont ponctué la montée en puissance du Schwytzois.

Retour à l’entraînement

Fin août, sur son site personnel, Urs Kryenbühl partageait sa joie de remonter sur des skis dans le cadre des entraînements de l’équipe nationale à Saas-Fee: «C’était une sensation incroyablement cool d’être de retour sur des skis. J’ai profité pleinement de chacune des cinq journées. Nous nous sommes également entraînés au slalom géant, ça m’a beaucoup plu. Ce qui m’a aussi rendu très positif est que je n’ai ressenti aucune gêne ou douleur. Ça peut continuer comme ça… Les premiers jours de vitesse m’attendent.»

Le programme de cette semaine était donc plus intense, avec des entraînements de super-G à Zermatt. Là aussi, tout semble avoir réussi à l’athlète, comme il l’a expliqué à Blick: «Cela s’est vraiment très bien passé. Je ne ressens pas du tout de signal négatif dans mon genou après ce test. Mentalement, je n’ai pas non plus rencontré de difficultés à atteindre la limite». Même son de cloche pour son entraîneur, Reto Nydegger, qui a naturellement suivi attentivement ce retour à la haute intensité (110 km/h). Tous les signaux semblent indiquer la même chose: après la lutte pour gravir la pente, Urs Kryenbühl semble bientôt prêt à les dévaler à nouveau.

Votre opinion