Publié

CanadaSept morts dans l'accident d'un petit avion

Un couple d'Américains et leurs trois enfants, ainsi que deux Canadiens se trouvaient à bord du monomoteur accidenté dans l'Ontario.

L'avion était immatriculé aux Etats-Unis et il s'agissait a priori d'un vol privé, selon le Bureau national de la sécurité des transports du Canada. (Photo d'illustration)

L'avion était immatriculé aux Etats-Unis et il s'agissait a priori d'un vol privé, selon le Bureau national de la sécurité des transports du Canada. (Photo d'illustration)

AFP

Cinq Américains et deux Canadiens sont décédés dans le crash d'un petit avion de six places dans le centre du Canada, a annoncé jeudi le Bureau national de la sécurité des transports (BST), qui a déployé des enquêteurs sur place.

Le monomoteur de type Piper PA-32 transportant le pilote et six passagers, parti d'un petit aéroport en banlieue de Toronto, s'est écrasé autour de 17h (22h00 en Suisse) mercredi soir dans une zone boisée à quelques kilomètres de l'aéroport de Kingston, en Ontario (centre), selon les autorités.

«Cinq Américains et deux Canadiens se trouvaient à bord», a déclaré lors d'une conférence de presse jeudi soir Nora Vallée, porte-parole du BST, sans donner davantage de détails.

L'avion était immatriculé aux Etats-Unis et il s'agissait a priori d'un vol privé, selon le BST. Les médias canadiens ont avancé que le pilote était originaire du Texas, aux Etats-Unis, et qu'il transportait sa compagne, ses trois enfants âgés de 3, 11 et 15 ans ainsi que deux Canadiens.

«Nos enquêteurs sont sur les lieux de l'accident pour documenter ce qu'ils trouvent, prendre des photos de l'épave, regarder l'état des moteurs, l'état général de l'appareil», a déclaré à l'AFP Alexandre Fournier, porte-parole du BST.

«Nous allons essayer de récupérer les enregistreurs de bord pour voir ce qu'on peut avoir comme informations, comme données de vol», a-t-il poursuivi, soulignant qu'il est «trop tôt» pour déterminer les causes de l'accident.

Des entretiens avec des témoins, dont les contrôleurs aériens, seront effectués, et les conditions météorologiques ainsi que les données radar seront étudiées pour l'élaboration du rapport final d'enquête, qui peut prendre plusieurs mois.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!