Publié

Roland-GarrosSerena Williams en quête de rachat à Paris

L'Américaine reste sur deux camouflets en Grand Chelem. Elle pourrait retrouver Timea Bacsinszky sur sa route.

Serena Williams n'a joué que quatre tournois et 21 matches depuis son mortifiant échec à l'US Open.

Serena Williams n'a joué que quatre tournois et 21 matches depuis son mortifiant échec à l'US Open.

Keystone

Serena Williams (no 1) reste sur deux immenses déceptions en Grand Chelem. Elle ne saura en accepter une troisième à Roland-Garros, où elle avait conquis l'an passé le 20e de ses 21 titres majeurs. Battue par l'Américaine en demi-finale en 2015, Timea Bacsinszky (no 8) pourrait bien être à nouveau l'une de ses principales rivales.

Sortie par Roberta Vinci en septembre dernier en demi-finale de l'US Open alors qu'elle était à deux succès d'un Grand Chelem calendaire, battue par une remarquable Angelique Kerber en finale du dernier Open d'Australie, Serena Williams est en quête de rachat. L'Américaine de 34 ans n'a joué que quatre tournois et 21 matches depuis son mortifiant échec new-yorkais, tous en 2016. Elle débarque à Paris avec une réserve d'énergie plus qu'intacte.

Forfait à Madrid en raison d'une grippe, sevrée de titre pendant neuf mois, Serena Williams a renoué avec la victoire au moment opportun dimanche dernier à Rome. L'absence de Maria Sharapova (contrôle positif au Meldonium) et la relative méforme de ses poursuivantes Agnieszka Radwanska (no 2) et Angelique Kerber (no 3) la placent seule en tête de la liste des candidates au titre à Paris.

Bacsinszky en outsider

La terre battue demeure la surface sur laquelle sa puissance hors du commun fait le moins de dégâts. Pas toujours précise dans ses replacements, Serena Williams y est plus vulnérable que sur des revêtements plus rapides. Rares sont cependant les joueuses susceptibles de la bousculer.

Parmi celles-ci figure Timea Bacsinszky. En retard dans sa préparation hivernale après sa blessure au genou gauche subie en octobre, la Vaudoise a retrouvé le niveau de jeu qui lui avait permis de briller l'an dernier. Et elle est en pleine confiance. Demi-finaliste à Miami, elle a conquis le titre à Rabat pour ses débuts sur terre battue avant d'enchaîner avec un 8e de finale à Madrid et un quart de finale à Rome. Elle figure cependant dans le premier quart du tableau, le plus relevé.

Simona Halep (no 6), qui a conquis le titre à Madrid, et Garbiñe Muguruza (no 4) sont quant à elles les favorites du bas du tableau. Adversaire désignée de Serena Williams au stade des quarts de finale, la Biélorusse Victoria Azarenka, qui a triomphé ce printemps à Indian Wells puis à Miami mais a souffert récemment du dos, peut elle aussi espérer jouer les trouble-fête.

«SanTina Slam»

Malgré l'absence sur blessure de Belinda Bencic (WTA 8), Timea Bacsinszky n'est pas la seule Suissesse à afficher des ambitions légitimes à Roland-Garros. Martina Hingis (35 ans) et sa partenaire Sania Mirza sont en course pour un «SanTina Slam», elles qui ont remporté les trois précédentes levées du Grand Chelem en double.

La St-Galloise et l'Indienne ont connu quelques difficultés ce printemps, laissant échapper le titre au cours de cinq tournois consécutifs après avoir vu leur série de 41 victoires prendre fin à Doha. Mais elles ont elles aussi rectifié le tir à Rome, obtenant leur premier titre en commun sur la terre battue européenne.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!