Tennis: Serena Williams et Naomi Osaka éliminées

Publié

TennisSerena Williams et Naomi Osaka éliminées

A Roland-Garros, l'Américaine a subi la loi de Sofia Kenin alors que la Japonaise a chuté face à Katerina Siniakova.

Serena Williams et Naomi Osaka ne verront pas les huitièmes de finale.

Serena Williams et Naomi Osaka ne verront pas les huitièmes de finale.

Serena Williams ne s'offrira pas une 24e couronne historique en Grand Chelem à Roland-Garros et Naomi Osaka n'y remportera pas un troisième trophée majeur d'affilée: la championne américaine et la No1 mondiale ont toutes deux chuté dès le troisième tour sur la terre battue parisienne samedi.

Dessinée par le tirage au sort à l'horizon des quarts de finale, une revanche entre les deux protagonistes de la dernière finale de l'US Open, que Serena avait perdu en même temps que ses nerfs, n'aura pas lieu.

La cadette des sœurs Williams, qui vit une saison compliquée sur le plan physique, a coulé 6-2, 7-5 face à sa jeune compatriote Sofia Kenin (35e).

Aspirée vers le fond par ses 38 fautes directes, Osaka a elle sombré 6-4, 6-2 en moins d'1h20 min contre la Tchèque Katerina Siniakova (20 ans, WTA 42).

A 37 ans passés, Serena voit s'évanouir une fois de plus son rêve d'égaler le record absolu de trophées en Grand Chelem établi par l'Australienne Margaret Court dans les années 1960-1970.

Revenue de maternité il y a quinze mois, elle a trébuché deux fois sur la dernière marche, à Wimbledon (contre Kerber) puis à l'US Open (contre Osaka), l'année dernière. Puis elle a craqué en quarts de finale de l'Open d'Australie en janvier.

Cette élimination dès le troisième tour est la plus précoce en tournoi majeur de la cadette des sœurs Williams depuis Wimbledon 2014 (3e tour).

Halep dernière top 5

Chacun des ses contretemps fait inévitablement grandir les interrogations autour de sa capacité à atteindre cet objectif. D'autant que depuis son retour de grossesse, l'ex-No1 mondiale aujourd'hui 10e n'a plus remporté le moindre trophée.

Il faut dire que sa saison 2019 a été jusque-là hachée par des soucis physiques à répétition, au genou principalement. Entre son quart de finale à l'Open d'Australie en janvier et Roland-Garros, Serena n'avait plus gagné que trois matches, chacun suivi par un abandon ou un forfait.

Victorieuse de l'US Open 2018 et de l'Open d'Australie 2019, Osaka ne deviendra pas la toute première joueuse de l'histoire à coiffer d'affilée trois premières couronnes majeures.

Si elle évalue sa déception «à 100 sur une échelle de 1 à 10», «perdre ici est probablement la meilleure chose qui pouvait m'arriver bizarrement», avoue la No1 mondiale.

«J'ai trop pensé au Grand Chelem sur deux saisons. C'est quelque chose que je veux faire depuis toujours, mais je dois me dire que si c'était si facile, tout le monde le ferait», explique la jeune Japonaise (21 ans), néanmoins assurée de conserver son trône à l'issue de la quinzaine parisienne.

Osaka, Karolina Pliskova (N02), Kiki Bertens (N04, abandon au 2e tour) et Angelique Kerber (N05) déjà disparues du tableau féminin, Simona Halep (N03), tenante du titre, est la dernière joueuse du top 5 encore en course à mi-tournoi.

La Roumaine se s'est pas éternisée sous le chaud soleil qui a inondé Paris samedi : elle a rallié les huitièmes de finale en 55 minutes aux dépens de l'Ukrainienne Lesia Tsurenko (27e) 6-2, 6-1.

Djokovic en chef de meute

Pas de surprise en revanche dans le tableau masculin, où les dix premières têtes de série sont au rendez-vous de la deuxième semaine, le No1 mondial Novak Djokovic en tête, vainqueur sans difficulté (6-3, 6-3, 6-2) du qualifié italien Salvatore Caruso (147e).

«Djoko», à la poursuite d'un deuxième Grand Chelem à cheval sur deux saisons après celui qu'il a déjà réalisé entre 2015 et 2016, un exploit rarissime dans l'histoire du tennis, fait partie des trois seuls joueurs, avec Roger Federer et le Français Gaël Monfils (17e) à avoir franchi les trois premiers tours sans laisser échapper le moindre set. Même le maître des lieux Rafael Nadal en a laissé filer un (contre Goffin vendredi).

Derrière l'habituel trio Djokovic-Nadal-Federer, ont également rejoint les huitièmes de finale deux des principaux outsiders pour le titre : l'Autrichien Dominic Thiem (No4) et le jeune Grec Stefanos Tsitsipas (No6). Le premier, finaliste il y a un an, a écarté 6-3, 4-6, 6-2, 7-5 l'Uruguayen Pablo Cuevas (47e). Le second a conclu avec succès son match entamé la veille face au Serbe Filip Krajinovic (60e). Mais il est passé à un point d'être entraîné dans une cinquième manche périlleuse (7-5 6-3 6-7 (5/7) 7-6 (8/6)).

L'attend désormais Stan Wawrinka (28e), tombeur en trois tie-breaks et deux jours du Bulgare Grigor Dimitrov (46e).

Qualifications également de l'Argentin Juan Martin del Potro (No9), demi-finaliste il y a un an, et de l'Allemand Alexander Zverev (No4), en difficulté depuis le début de l'année malgré son sacre au Masters en fin de saison dernière mais sorti victorieux de son deuxième match du tournoi en cinq sets.

Ton opinion