01.08.2020 à 11:34

Formule 1

Sergio Perez victime du virus

Alors que la Racing Point vise les podiums à Silverstone, le Mexicain va manquer les deux Grands Prix prévus sur le circuit anglais. Il a été testé positif au COVID-19.

par
Luc Domenjoz

Perez ne peut s’en prendre qu’à lui-même

Sur son compte Twitter, Sergio Perez explique ce qui s’est passé en jouant les victimes: « C’est l’un des jours les plus tristes de ma carrière, commente-t-il. On était prêt pour un fabuleux week-end à Silverstone. J’ai suivi toutes les mesures et tous les protocoles de sécurité, je ne sais pas où j’ai attrapé ce virus. Mais je n’ai aucun symptôme. »

En réalité, après le Grand Prix de Hongrie, le pilote Racing Point est allé au Mexique en avion privé, pour voir sa mère qui avait été victime d’un accident.

Il est resté deux jours à Mexico avant de rentrer en Angleterre avec le même avion privé. Cet aller-retour dans un pays très affecté par la pandémie ne lui a pas attiré que des sympathies dans le paddock. A l’heure où des milliers de gens ne peuvent pas voir leurs parents en raison des difficultés de voyager, le Mexicain a traversé l’Atlantique en avion privé. Un trajet critiquable de nos jours, qui était plus le fait d’un enfant gâté que d’un pilote responsable.

Le Mexicain va donc manquer le Grand Prix d’Angleterre, ce week-end, et probablement le GP du 70e anniversaire, le week-end prochain. D’autant plus dommage que sa monoplace a l’air vraiment compétitive sur le circuit anglais.

La folle journée de Nico Hulkenberg

Hulk est de retour! Viré de l’écurie Renault fin 2019 pour faire place à Esteban Ocon, l’Allemand avait souvent affiché sa déception de ne plus rouler en F1 cette saison.

Jusqu’au coup de fil d’Otmar Szafnauer, jeudi après-midi, lui demandant s’il ne voulait pas piloter ce week-end à la place de Sergio Perez. Inutile de demander la réponse de l’Allemand.

Nico Hulkenberg connait bien l’écurie, puisqu’il a disputé trois saisons avec elle, alors qu’elle se nommait encore «Force India». Il avait gardé le secret espoir de reprendre le volant un jour et avait maintenu un entraînement sportif complet afin d’être fin prêt si on faisait appel à lui.

Cet appel miracle est donc arrivé jeudi. Vendredi, au cours de la première journée d’essais, l’Allemand s’est très vite glissé dans le moule de l’écurie, signant le neuvième temps des essais du matin et le septième de l’après-midi, à six dixièmes de son équipier Lance Stroll. « C’était très spécial », résumait Nico Hulkenberg vendredi soir. «A 16h30, jeudi, j’ai reçu le coup de fil d’Otmar. J’ai foncé à l’aéroport et j’ai pris un avion pour Londres. J’ai été à l’usine de l’écurie et on a moulé mon baquet jusqu’à 2 heures du matin. A 8 heures, j’étais de retour pour grimper dans le simulateur et m’accoutumer à la voiture. Et voilà, j’ai plongé dans le grand bain! J’ai adoré, mais c’était rude. Samedi, je serai déjà beaucoup plus à l’aise…»

Par chance pour l’Allemand, l’usine Racing Point est située à Silverstone même, sur le rond-point principal de l’entrée au circuit. Ce qui a facilité ses trajets entre l’usine et le paddock.

La Ferrari SF1000 ne fonctionne pas

Avec ses courbes rapides et ses changements brusques de direction, Silverstone ne pardonne rien aux châssis des F1. Lewis Hamilton, il y a deux ans, disait adorer ce circuit parce qu’il lui donnait l’impression d’un « grand huit géant », avec une monoplace balancée de tous côtés.

Mais pour signer de bons chronos sur cet ancien aérodrome, mieux vaut une monoplace parfaitement équilibrée, ce qui n’est à l’évidence pas le cas de la Ferrari SF1000.

Vendredi, au fil des trois heures d’essais libres, ses deux pilotes n’ont cessé de se plaindre du comportement de leur monoplace. Charles Leclerc a terminé la journée à la quatrième place (juste devant Lewis Hamilton, ce n’est pas rien), tandis que Sebastian Vettel a passé davantage de temps aux stands que sur la piste. Le matin, il n’a été crédité d’aucun chrono, ses mécaniciens ayant dû changer le système de refroidissement de sa monoplace, tandis que l’après-midi, il se classait 18e sur 20. Là aussi, un «objet se déplaçant sous ses pieds» a mis beaucoup de temps à être identifié et enlevé par ses mécanos…

La chaleur était intense, vendredi, à Silverstone (35.4 degrés), une température inhabituelle pour l’Angleterre qui n’a pas aidé les Ferrari, peu à l’aise dans ces conditions. Le temps devrait être plus frais samedi pour les qualifications et surtout dimanche pour la course.

Attention aux Mercedes roses

Le meilleur chrono de la première journée d’essais a été signé par l’étonnant Lance Stroll, sur sa Racing Point - aussi appelée « Mercedes rose » puisque son châssis a copié point par point la Mercedes W10 de la saison dernière.

Le Canadien a signé un tour en pneus tendres, alors que bon nombre de ses adversaires se contentaient de régler leur voiture pour la course, avec des pneus durs.

Qu’importe, le résultat est là et faisait très plaisir au jeune fils du propriétaire: « Nous savions que la voiture serait compétitive sur ce circuit, et à l’évidence, elle l’est, à la fois en qualifications et en rythme de course. Ça va être un très bon week-end pour nous », commente Lance Stroll. Pauvre, pauvre Sergio Perez.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
0 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé