Actualisé

DamasSergueï Lavrov acclamé par des milliers de Syriens

Le chef de la diplomatie russe est arrivé mardi à Damas pour s'entretenir avec le président Bachar al-Assad. La foule s'est rassemblée «en hommage à la position de la Russie qui appuie la Syrie et son peuple».

Les Etats-Unis espèrent que Sergueï Lavrov fasse «bien comprendre au régime» du président al-Assad combien il est «isolé».

Les Etats-Unis espèrent que Sergueï Lavrov fasse «bien comprendre au régime» du président al-Assad combien il est «isolé».

AFP

Il a été acclamé par des milliers de Syriens rassemblés dans la capitale pour «remercier» la Russie, alliée de poids du régime.

«Merci la Russie! merci la Chine», scandait la foule rassemblée dans une grande artère à Mazzé, à la périphérie de Damas, selon des images diffusées par la télévision publique syrienne.

Le convoi de Sergueï Lavrov s'est frayé un passage au milieu d'une marée de drapeaux syrien et russe, et plusieurs dizaines de personnes se sont précipitées pour le saluer, selon les images montrées à la télévision.

Remerciements

«Nous sommes venus ici au nom du peuple syrien pour remercier la Russie, nous lui serons à jamais reconnaissants», s'écrie une Syrienne, interviewée par la télévision.

Selon la télévision publique, la foule s'est rassemblée «en hommage à la position de la Russie qui appuie la Syrie et son peuple ainsi que les réformes en cours» dans le pays.

«Sergueï Lavrov et Mikhaïl Fradkov (chef des services de renseignements extérieurs russe, NDLR) sont arrivés à Damas pour des entretiens avec le président Bachar al-Assad», avait auparant indiqué le ministère russe des Affaires étrangères sur son compte Twitter.

«Permis de tuer»

Moscou avait annoncé dimanche que Sergueï Lavrov se rendrait à Damas pour évoquer la mise en place rapide de «réformes démocratiques indispensables» en Syrie, où la répression des manifestations contre le régime syrien a fait plus de 6000 morts depuis 11 mois, selon des ONG.

Cette visite intervient après le veto de la Russie et de la Chine samedi à l'ONU à un projet de résolution du Conseil de sécurité présenté par les Occidentaux et des pays arabes condamnant la répression en Syrie.

Ce double veto sino-russe a soulevé l'indignation des Occidentaux et de plusieurs pays arabes. Selon plusieurs diplomates et experts occidentaux, ce geste pourrait encourager le président Assad à poursuivre sa répression des opposants syriens. Il a été qualifié de «permis de tuer» par l'opposition syrienne.

De leur côté, les Etats-Unis ont émis l'espoir que Sergueï Lavrov fasse «bien comprendre au régime» du président syrien Bachar al-Assad combien il est «isolé».

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!