Séries: les nouveautés les plus attendues du mois de décembre
Publié

Streaming / TVSéries: les nouveautés les plus attendues du mois de décembre

Blanche Gardin qui se lâche, Phileas Fogg qui ressouffle dans le ballon et une Sissi qui vient de Lucerne, le programme de cette fin d’année étonne et détonne.

par
Laurent Flückiger
1 / 10
«La meilleure version de moi-même» avec Blanche Gardin, le 6 décembre sur Canal+.

«La meilleure version de moi-même» avec Blanche Gardin, le 6 décembre sur Canal+.

DR
«And Just Like That», la suite de «Sex And The City», le 9 décembre sur HBO Max.

«And Just Like That», la suite de «Sex And The City», le 9 décembre sur HBO Max.

DR
Une nouvelle version ambitieuse du «Tour du monde en 80 jours», le 14 décembre sur RTS Un.

Une nouvelle version ambitieuse du «Tour du monde en 80 jours», le 14 décembre sur RTS Un.

Tudor Cucu

Vous êtes plutôt quinqua new-yorkaise, aventurier à haut-de-forme, impératrice glamour ou tueur en série? Le choix est peut-être difficile, mais une chose est sûre: en décembre 2021, on peut se projeter dans de nombreux personnages extrêmement différents. Et il n’y a même pas le Père Noël dans la liste.

«LA MEILLEURE VERSION DE MOI-MÊME» (6 décembre Canal+)

Le pitch: Blanche Gardin est une humoriste à succès. Mais elle souffre horriblement d’un problème digestif chronique. Elle se rend chez un naturopathe adepte de la pensée positive qui lui explique que son problème vient de l’autodérision dont elle fait preuve sur scène. Blanche prend alors la décision d’arrêter l’humour et s’engage sur la route du développement personnel afin de devenir une meilleure version d’elle-même.

Pourquoi on en parle: Pour Blanche Gardin, bien sûr. Cette série en neuf épisodes est construite comme un (faux) documentaire sur la vie de l’humoriste, où l’on voit notamment ses dialogues vidéo avec son (vrai) amoureux, le comique américain Louis CK. Blanche Gardin veut devenir une belle personne, quitte à provoquer le malaise chez le téléspectateur. Tant que ça la libère, au propre comme au figuré!

«AND JUST LIKE THAT» (9 décembre, HBO Max, et 10 décembre, Salto)

Le pitch: À New York, un groupe de femmes doit affronter les affres de la vieillesse, du temps qui passe, des mariages qui se transforment en divorces, des enfants qui grandissent, des pressions sociales sur l’apparence et la réussite…

Pourquoi on en parle: Et voici la suite de «Sex and The City», série qui révolutionnait la vision de la femme à son arrivée en 1998 avant de s’assoupir au cinéma, dans deux films sortis en 2008 et en 2010. Les actrices principales sont là – Sarah Jessica Parker, Cynthia Nixon, Kristin Davis –, les principaux personnages aussi – Mr. Big, en tête – sauf… Kim Cattrall. L’avenir nous dira si elle a eu raison de siroter un Cosmopolitan de son côté plutôt qu’à l’écran entre «copines».

«LE TOUR DU MONDE EN 80 JOURS» (14 décembre, RTS Un, et 20 décembre, France 2)

Le pitch: Londres, 1872. Phileas Fogg, gentleman anglais, prend ce pari insensé: faire le tour du monde en quatre-vingts jours. Il s’alloue les services de Jean Passepartout, un serveur français débrouillard. Ensemble, ils embarquent pour un voyage semé d’embûches, suivis de près par une jeune journaliste.

Pourquoi on en parle: Encore une adaptation du roman d’aventures de Jules Verne? Oui, mais avec David Tennant en Phileas Fogg. L’acteur britannique, connu pour ses rôles dans «Doctor Who» et «Broadchurch» notamment, porte sur ses épaules cette coproduction ambitieuse (entre la France, l’Italie, l’Allemagne, la Belgique, le Royaume-Uni, l’Afrique du Sud et l’Australie) qui propose une relecture contemporaine de l’oeuvre publiée en 1872.

«SISSI» (21 décembre, TF1)

Le pitch: L’impératrice Elisabeth, surnommée Sissi, était une pop star et influenceuse de son temps à la fin du XIXe siècle, une icône en Europe et dans le monde. Ses photos, représentant sa beauté légendaire, sont devenues des articles de merchandising à succès depuis et représentent un symbole de la royauté européenne dans son ensemble.

Pourquoi on en parle: On connaît tous Sissi à travers trois films qui mettaient en vedette Romy Schneider. C’était entre 1955 et 1957. La chaîne allemande RTL fait le pari de conquérir une nouvelle génération avec une série TV qui voit plus loin que l’épopée historique en costumes. «Sissi», c’est «l’amour, la liberté, la famille, l’autodétermination et le devoir… Le tout habillé du glamour de la mode de la cour du XIXe siècle». Et surtout une nouvelle actrice: une Suissesse, la Lucernoise de 25 ans Dominique Devenport.

«THE SILENT SEA» (24 décembre, Netflix)

Le pitch: Dans un avenir proche, toutes les ressources naturelles de la Terre ont été épuisées. Alors que l’humanité est menacée de famine, une équipe spatiale coréenne est envoyée sur la Lune pour tenter de sauver le monde de l’extinction.

Pourquoi on en parle: Pour une fois que ce ne sont pas les Américains qui sauvent notre planète, on se sentait en peut obliger de mettre «The Silent Sea» dans notre liste. Mais si le pitch fait sourire il démontre le soft power de la Corée du Sud sur le monde à travers la K-pop et les séries TV. Dans la bande-annonce, on reconnaît Gong Yoo et Heo Sung-Tae vus dans «Squid Game». Le premier incarnait le recruteur, le second le truand tatoué.

«LE LIVRE DE BOBA FETT» (29 décembre, Disney+)

Le pitch: Spin-off de «The Mandalorian» centré sur les aventures du légendaire chasseur de primes Boba Fett et de la mercenaire Fennec Shand. Après s’être hasardés dans les bas-fonds de la galaxie, tous deux reviennent au milieu des dunes de Tatooine pour y revendiquer le territoire autrefois dirigé par Jabba le Hutt et son syndicat du crime…

Pourquoi on en parle: Pas de saison 3 du «Mando» cette année, alors on se console avec cette série dérivée où l’on retrouve, dans le rôle du célèbre Boba Fett, Temuera Morrison (qui avait commencé par incarner Jango Fett dans la prélogie «Star Wars»), dans une époque qui se situe entre «Le retour du Jedi» et «Le réveil de la Force». «Le livre de Boba Fett» s’appuie sur un personnage non seulement culte de la saga mais aussi disparu. Il était en effet arrivé droit dans la gueule du Sarlacc. La première mission de cette fiction sera donc d’expliquer comment il s’en est sorti.

«NE T’ÉLOIGNE PAS» (31 décembre, Netflix)

Le pitch: Megan travaille tout en élevant sa progéniture. Ray était un photographe prometteur mais aujourd’hui, il est coincé dans un job alimentaire, il fait la cour à des jeunes gens aspirant à la célébrité. Broome, lui, est un détective incapable de classer l’affaire autour de la disparition de Lorraine, une amie de Megan. Bientôt, un nouvel indice sur Lorraine surgit, il va impacter l’existence de Megan, Ray et Broome…

Pourquoi on en parle: Nouvelle série tirée du (très gros) contrat qui unit Harlan Coben et Netflix, «Ne t’éloigne pas» est adaptée de l’ouvrage éponyme de l’auteur américain publié en 2012. Parmi les acteurs principaux, on retrouve Cush Jumbo, James Nesbitt et Richard Armitage. En sortant le 31 décembre, «Ne t’éloigne pas» peut vous faire terminer l’année en beauté. Ou la ruiner.

ET AUSSI:

«DEXTER» – saison 9 (16 décembre, Canal+)

L’idée était dans l’air depuis longtemps, elle est enfin concrétisée. «Dexter» est de retour pour une saison 9, dix ans après la disparition du psychopathe. Notre antihéros vit désormais sous un nom d’emprunt – Jim Lindsay – dans la petite ville fictive d’Iron Lake, dans l’État de New York, quand des événements inattendus vont faire ressurgir son Dark Passenger. À noter que Michael C. Hall a repris son rôle pour que cette nouvelle salve d’épisodes offre, selon lui, une fin digne de ce nom à son personnage. Il a intérêt à ne pas se planter. Sinon…

«THE WITCHER» – saison 2 (17 décembre, Netflix)


Alors que les rois, les elfes, les humains et les démons du Continent se battent pour la suprématie, Geralt de Rive doit protéger la princesse Cirilla d’un plus grand danger: le mystérieux pouvoir qu’elle possède en elle. De nouvelles créatures et de nouvelles énigmes: on se réjouit de retrouver le Sorceleur après deux ans d’attente.

«EMILY IN PARIS» – saison 2 (22 décembre, Netflix)

Désormais plus à l’aise dans sa vie parisienne et après s’être retrouvée dans un triangle amoureux, Emily est bien décidée à se recentrer sur son travail. En cours de français, elle rencontre un expatrié qui l’agace autant qu’il la séduit… De nouveaux quiproquos et de nouvelles romances: Lily Collins – son personnage, pas l’actrice – arrivera-t-elle de nouveau à séduire davantage qu’elle agace?

Votre opinion

0 commentaires