Streaming - Séries: les nouveautés les plus attendues du mois de juin
Publié

StreamingSéries: les nouveautés les plus attendues du mois de juin

Un enfant mi-humain mi-cerf, un dieu nordique, un volcan, Stephen King ou encore de l’aérobic, voilà le programme bien divertissant de cette fin de printemps.

par
Laurent Flückiger
De gauche à droite: Christian Convery dans «Sweet Tooth», Rose Byrne dans «Physical», Tom Hiddleston dans «Loki» et Julianne Moore dans «Lisey’s Story».

De gauche à droite: Christian Convery dans «Sweet Tooth», Rose Byrne dans «Physical», Tom Hiddleston dans «Loki» et Julianne Moore dans «Lisey’s Story».

Netflix / Apple / Disney /

L’Euro débute le 11 juin, certes. Mais 51 matches!? Qui y arrivera? Notre sélection de séries, c’est 59 épisodes, des stars comme Stephen King, Julianne Moore, Clive Owen, Tom Hiddleston, Rose Byrne et Omar Sy, dont certains ont un très beau jeu, et on le garantit: du suspense, de la sueur, des larmes et même du rire.

«LISEY’S STORY» (4 juin, Apple TV+)

Le pitch: Deux ans après le décès de son époux, Lisey, à la suite d’une série d’événements, doit faire face à certaines réalités de son mari qu’elle avait occultées.

Pourquoi on en parle: Stephen King. Le maître de l’horreur a écrit le roman «Lisey’s Story» en 2006 et c’est lui-même qui l’adapte ici (en collaboration avec le réalisateur Pablo Larraín), tandis que J.J. Abrams est producteur. Le name dropping continue avec Julianne Moore, Clive Owen ou encore Jennifer Jason Leigh devant la caméra. Oui, Apple TV+ a mis les gros moyens pour ces 8 épisodes. On a hâte.

«SWEET TOOTH» (4 juin, Netflix)

Le pitch: Plusieurs années après les mutations provoquées par le «Grand Effondrement», un hybride mi-garçon, mi-cerf se lie d’amitié, contre toute attente, avec un marginal solitaire. Ensemble, ils s’engagent dans une aventure extraordinaire à travers une planète ravagée – et dangereuse – en se demandant si la notion de foyer a encore un sens.

Pourquoi on en parle: «C’est un nouveau genre de récit post-apocalyptique, à la fois foisonnant et plein d’espoir», promet Jim Mickle, scénariste, réalisateur et showrunner, qui adapte ici les comics de Jeff Lemire, publié depuis 2009 chez Vertigo (une filiale de DC). Les époux Susan Downey et Robert Downey Jr. en sont les producteurs exécutifs.

«LOKI» (9 juin, Disney+)

Le pitch: «Loki» se déroule après les événements relatés dans «Avengers: Endgame». Elle met en scène le dieu de la malice juste après qu’il s’est affranchi de son frère Thor.

Pourquoi on en parle: Tom Hiddleston reprend son rôle de Loki aux côtés notamment d’Owen Wilson dans une série qui est sans doute la plus attendue des fans de Marvel. À noter que «mercredi is the new vendredi»: le jour de récurrence des épisodes de Loki ne sera pas le vendredi, comme cela était le cas pour «WandaVision» et «Falcon et le Soldat de l’Hiver», mais bien le mercredi.

«MIXTE» (14 juin, Amazon Prime Vidéo)

Le pitch: En septembre 1963, le lycée Voltaire devient mixte et accueille des filles pour la première fois de son histoire: c’est le début d’une nouvelle ère. Elles sont 11 au total pour une centaine de garçons.

Pourquoi on en parle: Nouvelle création française de Prime Video, «Mixte» revient avec humour sur un événement, aujourd’hui vu comme désuet, qui a préfiguré Mai 68. La saison 1 est composée de 8 épisodes. Les 4 premiers épisodes seront mis en ligne le 14 juin et les quatre suivants le 21 juin.

«KATLA» (17 juin, Netflix)

Le pitch: Un an après léruption dun volcan sous-glaciaire, la fonte des glaces révèle des éléments préhistoriques mystérieux aux répercussions inattendues.

Pourquoi on en parle: Première série originale Netflix islandaise, «Katla» est menée par les deux hommes derrière «Trapped» (2015). Il y a de la science-fiction, du mystère et des paysages lunaires: de quoi nous consoler de ne pas pouvoir suivre les matches de Strákarnir okkar à l’Euro.

«PHYSICAL» (18 juin, Apple TV+)

Le pitch: Années 1980, sur la côte californienne. Une femme au foyer dépressive retrouve l’énergie physique et mentale grâce à la pratique en vogue de l’aérobic.

Pourquoi on en parle: Parce qu’on a vu Rose Byrne en body lycra dans la bande-annonce, parce qu’elle démarre une entreprise révolutionnaire grâce aux vidéocassettes (coucou Jane Fonda) et parce que le tout est dirigé par Craig Gillespie, le réalisateur de «I, Tonya» et de «Cruella».

«THE BEAST MUST DIE» (21 juin, Canal+)

Le pitch: Une mère endeuillée s’immisce dans la vie de l’homme qui, selon elle, a tué son fils de 6 ans dans un accident…

Pourquoi on en parle: Il s’agit d’une relecture moderne de l’ouvrage éponyme de 1938 écrit par Nicholas Blake alias Cecil Day-Lewis, qui n’est autre que le père de l’acteur oscarisé Daniel Day-Lewis. Claude Chabrol l’avait déjà adapté au cinéma en 1969 («Que la bête meure») Cush Jumbo («The Good Fight») donne la réplique à Jared Harris («Chernobyl», alors que Billy Howle, excellent diplomate hollandais dans «The Serpent», joue encore une fois aux enquêteurs. Un thriller en cinq épisodes qui s’annonce captivant.

ET AUSSI:

«LUPIN» – Partie 2 (11 juin, Netflix)

Lancée le 8 janvier de cette année, la série mettant en scène Omar Sy en gentleman cambrioleur des temps modernes est devenue rapidement un phénomène mondial. Ses fans peuvent enfin voir cinq nouveaux épisodes. Une partie 3 a même déjà été confirmée par son acteur principal.

Votre opinion