Actualisé 02.03.2020 à 05:56

Séries: quelles nouveautés regarder en mars?

TV

On termine l'hiver avec un bébé Yoda, des nazis, Spielberg, des trafiquants de drogue, des rappeurs et la ville de Bulle.

par
LeMatin.ch
1 / 14
«BREEDERS» (2 mars, FX, et 3 mars sur Canal+ Séries) L'approche réaliste de la paternité, selon Martin Freeman: celle qui apporte de l'amour et vous fait avoir la rage.

«BREEDERS» (2 mars, FX, et 3 mars sur Canal+ Séries) L'approche réaliste de la paternité, selon Martin Freeman: celle qui apporte de l'amour et vous fait avoir la rage.

FX
«DEVS» (5 mars, Hulu, et 6 mars sur Canal+ Séries) Un thriller high-tech du réalisateur d'«Ex Machina» et «Annihilation».

«DEVS» (5 mars, Hulu, et 6 mars sur Canal+ Séries) Un thriller high-tech du réalisateur d'«Ex Machina» et «Annihilation».

Hulu
«HISTOIRES FANTASTIQUES» (6 mars, Apple TV+) eboot de la série anthologique culte des années 1980 créée par Steven Spielberg.

«HISTOIRES FANTASTIQUES» (6 mars, Apple TV+) eboot de la série anthologique culte des années 1980 créée par Steven Spielberg.

Apple

Puisqu'on doit éviter les stades jusqu'au 15 mars au moins, on en profite pour découvrir les dernières nouveautés de l'hiver en matière de séries, chez soi, seul dans sa bulle ou alors avec moins de 1000 personnes. La sélection est garantie sans virus mais pas sans masque (de Mandalorian).

«BREEDERS» (2 mars, FX, et 3 mars sur Canal+ Séries)

Le pitch: Paul pensait être un homme calme et aimant, capable d’élever ses enfants en toute sérénité et sans difficulté. Sa triple paternité pourrait bien lui prouver le contraire et remettre en cause ses croyances et ses intimes convictions…

Notre avis: Rien à voir avec le groupe des sœurs Kim et Kelly Deal qui a secoué les années 1990 avec le titre «Cannonball». Dans «Breeders», c'est Martin Freeman («Sherlock», «Le Hobbit») qui tient la vedette: il est l’acteur principal, le cocréateur et le producteur. Le Britannique a choisi de faire rire, de toucher et surtout d'avoir une approche réaliste de la paternité, celle qui apporte de l'amour et vous fait avoir la rage. A dévorer en 10x30'.

«DEVS» (5 mars, Hulu, et 6 mars sur Canal+ Séries)

Le pitch: Lily enquête sur les agissements de la compagnie technologique qui l'emploie, qu'elle soupçonne d'être à l'origine du «suicide» de son petit-ami.

Notre avis: Derrière «Devs» il y a Alex Garland, réalisateur d'«Ex Machina» et «Annihilation». Il nous promet un thriller high-tech qui nous plonge dans un futur qui pourrait être très proche. Le rythme est lent, l'ambiance malaisante, l'esthétique étonnante. «Devs» est une expérience...

«HISTOIRES FANTASTIQUES» (6 mars, Apple TV+)

Le pitch: Reboot de la série anthologique culte des années 1980 créée par Steven Spielberg. A chaque épisode, le public est transporté dans des contrées où l'imaginaire et l’émerveillement se rencontrent.

Notre avis: En 1985, «Histoires fantastiques» marquait les débuts de Steven Spielberg sur le petit écran en tant que producteur et co-créateur aux côtés de Joshua Brand et John Falsey. On connaît la bouteille qu'a à présent le cinéaste de 73 ans, qui a choisi de s'entourer ici d'habitués de la télévision. On a donc peu de risque d'être déçu des cinq premiers épisodes avant les cinq autres qui seront proposés à une date encore inconnue.

«ZEROZEROZERO» (6 mars, Amazon Prime, et le 9 mars, sur Canal+)

Le pitch: Une immersion dans les arcanes du marché mondial de la cocaïne, depuis sa naissance, jusqu’à la livraison finale sur les lieux de consommation.

Notre avis: Il n'y a pas que «Narcos» qui a le monopole du trafic de drogue. Roberto Saviano tentera de le démontrer avec l'adaptation de son livre publié en français en 2014, «Extra pure: voyage dans l’économie de la cocaïne». La mafia calabraise, un puissant cartel mexicain et une famille à La Nouvelle-Orléans sont au centre de cette coproduction italo-franco-américaine.

«BULLE» (12 mars, RTS Un)

Le pitch: Bulle, petite ville fribourgeoise au milieu des alpages, en pleine mutation industrielle. C’est dans ce paysage de carte postale, cette «bulle» protectrice et consensuelle que vivent les Aubert dont l’équilibre explose alors qu’ils sont brutalement confrontés à la maladie d’Alice, 35 ans.

Notre avis: Après «Helvetica» et «Quartier des banques», la RTS revient à une ambiance plus intimiste avec «Bulle», réalisée par la regrettée Anne Deluz. On vous en parlera plus en détails dans un prochain article.

«THE PLOT AGAINST AMERICA» (16 mars, HBO, et le 17 mars sur OCS)

Le pitch:Lorsque l'aviateur Charles Lindbergh battit le président Roosevelt aux élections de 1940, la peur s'empara des Juifs américains. Non seulement Lindbergh avait, dans son discours radiophonique à la nation, reproché aux Juifs de pousser l'Amérique à entreprendre une guerre inutile avec l'Allemagne nazie, mais, en devenant 33e président des Etats-Unis, il s'empressa de signer un pacte de non-agression avec Hitler.

Notre avis: David Simon, le créateur de «The Wire», et Ed Burns réinventent les années 1940 en adaptant le roman «Complot contre l’Amérique» de Philip Roth (2004). L'arrivée du nazisme aux Etats-Unis est donc une fois de plus développée dans une fiction. Mais, avec Winona Ryder, Zoe Kazan et John Turturro au casting et une superbe photographie, la minisérie uchronique de 6 épisodes a de beaux atouts.

«LITTLE FIRES EVERYWHERE» (18 mars, Hulu)

Le pitch: Le récit des événements tragiques qui font suite à l'adoption d'un bébé sino-américain dans la banlieue cossue de Shaker Heights, dans l'Ohio, créant une guerre ouverte entre une propriétaire, Mme Richardson, à la tête d'une grande famille aisée, et sa mystérieuse locataire, Mia, une mère célibataire...

Notre avis: Reese Witherspoon et Kerry Washington s'affrontent dans cette minisérie basée sur le roman «La saison des feux» de Celest N (2017), souvent comparé aux histoires de Liane Moriarty, l'auteure de «Big littles lies». Et au vu des images ça va faire mal.

«FEEL GOOD» (19 mars, Netflix)

Le pitch: Dans cette comédie dramatique teintée d'ironie, Mae Martin fait face au sevrage, à l'addiction et à sa nouvelle relation avec une femme jusqu'alors hétéro.

Notre avis: Nouvelle fiction mettant en scène la communauté LGBT, «Feel Good» se dévore en seulement 6 épisodes de trente minutes. Fait intéressant: la Canadienne Mae Martin joue son propre rôle, après avoir imaginé cette série en s'inspirant de sa vie personnelle. «On a essayé de faire quelque chose de drôle, bouleversant et parfois complètement bizarre, parce que c’est comme ça qu’est la vie», décrit-elle.

«VAMPIRES» (20 mars, Netflix)

Le pitch: Les vampires existent. Ici, parmi nous. À Paris, la famille de Martha Radescu vit clandestinement. Mais, lorsque Doïna, 16 ans, se révèle vampire d’un nouveau genre, leur équilibre fragile explose. Mi-humaine mi-vampire, Doïna apprend à vivre avec sa double nature. Le jour, elle devient un danger pour ses amis. La nuit, elle est convoitée par la communauté vampire fascinée par sa singularité.

Notre avis: Quelle est la personne chez Netflix qui a cru et décidé qu'on avait besoin d'une énième série avec des vampires? Qui plus est française avec un pitch tout sauf original? On espère que l'actrice Oulaya Amamra (César du meilleur espoir féminin pour «Divines» en 2017) saura sauver l'essentiel.

«VALIDÉ» (20 mars, Canal+ Séries)

Le pitch: Un jeune rappeur talentueux, épaulé par ses deux amis d’enfance, se retrouve du jour au lendemain «validé» par une des stars du milieu. Seulement, cette alliance se transforme rapidement en une dangereuse rivalité...

Notre avis: «Alors que le rap est la première musique de France, personne ne s’y était encore attelé», déclare Franck Gastambide, qui a écrit et réalisé la série. Il est vrai qu'il y avait une option à prendre. En plus, les guests ne manquent pas (Kool Shen, Busta Flex et Ninho). Canal+ y croit et a d'ores et déjà commandé une saison 2, qui sera prochainement en tournage.

«FREUD» (23 mars, Netflix)

Le pitch: Vienne, fin du XIXe siècle. Le jeune Sigmund Freud se retrouve impliqué dans un complot obscur aux côtés d'une voyante en enquêtant sur des meurtres et des disparitions.

Notre avis: Hop Suisse! La Zurichoise Ella Rumpf, qui a inauguré à la Berlinale notre séquence «Speed Dating», est l'actrice principale de cette série austro-allemande. Et ça suffit amplement à notre désir de regarder «Freud». A ce propos, le neurologue dit dans son «Introduction à la psychanalyse»: «Le désir est le plus fréquent créateur de rêves.»

DISNEY+ (24 mars)

Lancé en novembre dernier aux Etats-Unis et notamment aux Pays-Bas, le service de streaming de Disney débarque enfin en Suisse. Pour 99 fr. par an (ou 84,90 fr. en ce moment), il promet du Disney, bien sûr, mais aussi du Pixar, du Marvel ou encore du «Star Wars». Ainsi, la première série live «Star Wars: The Mandalorian», qui a déjà fait chavirer le monde avec son «bébé Yoda».

ET AUSSI:

«WESTWORLD» - saison 3 (15 mars, HBO, et le 16 mars sur RTS Un)

Dolores se retrouve dans le monde extérieur pour mener à terme l’insurrection des robots devenus conscients de leur condition. En parallèle, Maeve continue de parcourir les autres parcs de la compagnie Delos, dont un nouveau sur le thème de l’Allemagne nazie. Attention les yeux!

«OZARK» - saison 3 (27 mars, Netflix)

Les Byrdes avaient décidé de ne pas fuir en Australie pour rester dans les Ozarks diriger le casino. Six mois plus tard, Wendy prend des décisions risquées en vue d’élargir leur empire, tandis que Marty ne le veut pas. Quel parent remportera la mise?

Laurent Flückiger

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!