Football: Servette a remis le clignotant à droite

Publié

FootballServette a remis le clignotant à droite

Les Genevois penchent de nouveau sérieusement. Pour le meilleur plus que pour le pire, malgré la défaite de samedi à Bâle (1-0).

par
Florian Vaney, Bâle
Sport-Center

Il y en a eu une. Comme un éclair, un assaut inattendu. On vivait la 57e. Alex Schalk combinait merveilleusement bien avec Théo Valls. Le Néerlandais, si bien placé, allumait les gants de Heinz Lindner. Voilà la seule occasion notable née du côté gauche genevois durant plus d’une heure samedi soir.

Quelque part, il faut y voir le signe que Servette a retrouvé ses marques, ses sensations, ses vieilles (et plutôt bonnes habitudes). Cela va sans doute avec le retour au jeu de Miroslav Stevanovic. Depuis que l’ailier bosnien est rétabli, soit la rencontre de mercredi contre Zurich, les Grenat penchent de nouveau – sérieusement – à droite.

À droite toute

Ce que les Genevois ont peut-être perdu en déstabilisation de l’adversaire, ils l’ont gagné en stabilité. Une nécessité au sein d’un groupe qui donnait peu à peu l’impression d’avoir oublié la recette de son succès des mois passés. Désormais, le plan de jeu est clair: Micha Stevanovic est là, bien ancré sur l’aile droite. Et pour créer le danger, mieux vaut le trouver.

Alain Geiger a eu la bonne inspiration de modifier son triangle au milieu du terrain, en plaçant un six (Boris Cespedes) derrière deux huit (Timothé Cognat et Théo Valls). Chacun semble beaucoup plus à l’aise, efficace et créatif dans son nouveau rôle. Mais le constat demeure: tous cherchent inexorablement le côté droit. Plus d’une fois, l’impulsion aurait pu être donnée à gauche. Plus d’une fois, le distributeur s’est ravisé, a fait demi-tour pour mieux se projeter à droite.

Miroslav Stevanovic fatiguant, le prometteur Boubacar Fofana étant entré en jeu sur l’aile gauche, les choses ont un peu changé en fin de rencontre. Reste que puisque c’est ainsi qu’il combine le mieux, ainsi qu’il a bâti son succès aussi, l’avenir du Servette FC passe par la droite. Pendant une heure, Alex Schalk a d’ailleurs passé son temps à repiquer dans l’axe pour mieux délaisser le couloir gauche et participer à la fête. Logique.

Clichy mercredi?

Dans le Servette qui a fini par s’incliner 1-0 à Bâle samedi (but de Pajtim Kasami à la 51e), il y avait beaucoup du Servette qui a séduit la Suisse. Habité sans doute par un peu moins de confiance. Basé sur une ligne défensive plus friable également. Les choses auraient peut-être été un tout petit peu différentes si les Grenat avaient pu qualifier Gaël Clichy, tant Yoan Severin a souvent semblé perdu sur la grande pelouse de Saint-Jacques. Cela devrait être pour mercredi à Vaduz.

En fait, ce n’est pas un hasard si Alain Geiger a pris le risque de reconduire exactement le même onze que contre Zurich trois jours auparavant, tandis que Bâle avait pu souffler une semaine. Parce que avec ce onze-là, puisse-t-il être perfectible, Servette sait où il se dirige. C’est déjà beaucoup, qu’importe la défaite.

Ton opinion

1 commentaire