Football - Servette assure l’essentiel
Publié

FootballServette assure l’essentiel

Les Grenat se font des frayeurs et passent vraiment l’épaule sur la fin (4-1) en Coupe de Suisse, face à un Concordia valeureux.

par
Daniel Visentini
(Bâle)
Schalk ouvre la marque pour les Servettiens.

Schalk ouvre la marque pour les Servettiens.

Eric Lafargue

Ce devait être une formalité et pour tout dire, après dix minutes, quand ce Concordia vigoureux s’est assagi, quand le coup franc sournois d’Imeri à permis à Schalk d’ouvrir le score, tout laissait présager que Servette allait contrôler la situation pour s’imposer facilement. Entre la théorie et la pratique, il y a parfois un monde.

Face à cette équipe de 2e ligue inter, certainement méritante, Servette aurait dû enfoncer le clou. À la place, il s’est tiré une balle dans le pied. Approximations, hésitations dans le placement, premiers contrôles défaillants: tout cela se multipliait dans le plus grand désordre, dans toutes les lignes. Alors quand Schalk a manqué son affaire, parfaitement lancé par Imeri, Servette a été puni dans les secondes suivantes.

Un ballon perdu par Douline et c’est l’inévitable Alessio qui filait, profitant d’une sortie pas assez énergique d’Omeragic, pour égaliser dans la cage vide après avoir devancé la doublure de Frick.

Alessio, c’était l’homme à surveiller, le Monsieur de Concordia. Il faut croire que l’info a échappé aux défenseurs grenat. À la 36e, lancé par Ahmeti, il trouvait le poteau. Oh, bien sûr, la supériorité technique de Servette autorisait, avec parcimonie seulement, quelques opportunités, quand un minimum de précision refaisait surface. Sauf que le dernier geste faisait défaut. Demandez à Rodelin, seul à six mètres, puis à Valls, qui reprenait en frappant sur le portier bâlois. Ou même à Stevanovic, qui s’échinait à un contrôle manqué à sept mètres de la cage.

À la peine

Bref, ce petit Servette, qui avait laissé au repos Rouiller, Clichy et Sasso et sur le banc Kyei ou Cognat, était à la peine, très loin en tout cas de son potentiel, qui plus est face à une 2e ligue inter.

Le but de Rodelin (1-2, frappe enroulée parfaite après un centre long de Sauthier), au tout début de la seconde période avait démontré la fragilité de la défense bâloise, mise sous pression. Mais Servette s’est encore fait des frayeurs, toujours en laissant trop d’espaces à Alessio. Ou en concédant des fautes, incapable de mettre vraiment le pied sur le ballon malgré sa domination. L’entrée de Cespedes à l’heure de jeu, pour un Douline un peu perdu, a fait un peu bien. Elle suivait notamment celle de Cognat (pour Valls). Histoire de redonner un peu de maîtrise dans l’entre-jeu.

Ce n’est qu’à dix minutes de la fin que Schalk a donné un peu d’oxygène avec le 1-3. Avant d’inscrire encore le 1-4 à la 90e. Le score est trompeur, Servette a souffert. Mais il a assuré sa qualification pour les 8es de finales. C’est l’essentiel, dit-on toujours en Coupe.

Concordia - Servette 1-4 (1-1)

Stade d’athlétisme de Saint-Jacques, 4000 spectateurs. Arbitre: A. Kanagasingam.

Buts: 10e Schalk 0-1; 19e Alessio 1-1; 47e Rodelin 1-2; 80e Schalk 1-3; 90e Schalk 1-4.

Concordia: Schüpbach; Mandal (83e Ozan Pereira), Carvahlo, Zaric (83e Kenzelmann), Furler; Validzic (71e Rieser); Temelkov (46e Hodzic), Jenni, Yapi; Ahmeti, Alessio.

Servette: Omeragic; Sauthier (82e Diallo), Vouilloz, Severin, Swadogo; Imeri, Douline (61e Cespedes), Valls (46e Cognat); Stevanovic (88e Alves), Schalk, Rodelin (61e Kyei).

Avertissement: 58e Douline (jeu dur).Notes: Servette sans Rouiller, Sasso et Clichy, au repos. Et sans Antunes et Oberlin, blessés.

Votre opinion