Publié

Football«Servette aura une carte à jouer face à l’Atlético Madrid»

Arrivée cet été à Genève en provenance du club espagnol de Huelva, l’attaquante Marta Peiro Gimenez va retrouver un club qu’elle connaît bien en 16es de finale de la Ligue des champions féminine.

par
Sylvain Bolt
Marta Peiro Gimenez et le Servette Chênois dominent Zurich au classement de LNA. 

Marta Peiro Gimenez et le Servette Chênois dominent Zurich au classement de LNA.

KEYSTONE

C’était de toute façon un cador européen que le Servette FC Chênois Féminin allait croiser sur la route de sa première en Coupe d’Europe. Le tirage au sort des seizièmes de finale de la Ligue des championnes a offert l’Atlético de Madrid Femenino aux Grenat. Elles avaient dans leur chapeau le Bayern, Glasgow City ou encore Chelsea.

«C’est un joli clin d’œil à l’histoire du club, puisque le Servette FC avait joué sa première rencontre en Coupe des clubs champions face au Real Madrid en 1955», sourit Richard Feuz, directeur sportif et vice-président du SFCCF. Vice-championnes d’Espagne, les Madrilènes ont fêté un triplé entre en 2017 et 2019. Sur la scène européenne, elles ont été sorties en quarts de finale de la Women’s Champions League par le grand Barça la saison passée. Difficile de faire mieux comme entrée en matière sur la scène européenne pour les Genevoises, qui recevront les Espagnoles au Stade de Genève le 9 décembre (retour à Madrid le 15).

Des joueuses de classe mondiale

L’affiche plaît tout particulièrement à l’attaquante espagnole Marta Peiro Gimenez, 22 ans, qui a signé cet été au Servette FC Chênois Féminin en provenance de la première division espagnole (Valence puis Huelva) et qui se réjouit de retrouver l’Atlético, actuel leader du championnat. «C’est une équipe très rapide, qui possède plusieurs joueuses de classe mondiale telles que la Brésilienne Ludmila. La force de l’Atleti, c’est un projet stable depuis plusieurs saisons qui lui permet de jouer les premiers rôles en Espagne.»

«Là, c’est le Graal, mais ce n’est qu’une étape dans le développement du club.»

Richard Feuz, directeur sportif Servette Chênois féminin

Face à ces «grandissimes favorites», la numéro 15 du SFCCF n’enterre pas tous les espoirs de son nouveau club. «Entre le championnat espagnol et suisse, il n’y a pas photo au niveau tactique et technique. Ici, on compense physiquement. Mais l’Atlético dénombre beaucoup de joueuses blessées. Nous aurons une carte à jouer!»

Le Graal européen

Auteur d’un doublé le week-end passé face à YB (2-2), Marta Peiro Gimenez est la joueuse en forme du club genevois, en tête du championnat suisse après 12 journées. «Lorsqu’on a repris la section féminine et fusionné avec Chênois en juin 2017, le club était passé proche de la relégation en première ligue, rappelle Richard Feuz. On s’était donné cinq à six ans pour jouer les premiers rôles en Suisse et disputer la Coupe d’Europe. Là, c’est le Graal, mais ce n’est qu’une étape dans le développement du club. Nous avons désormais l’objectif de nous maintenir à ce niveau-là.»

Financièrement, la participation aux seizièmes de finale de la Ligue des championnes n’amène pas les millions de son équivalent masculin. La double confrontation rapportera quand même 70 000 euros dans les caisses du SFCCF. «Mais nous serons privés de public, alors que l’affiche aura pu attirer du monde au Stade de Genève et donner de la visibilité à notre équipe, souligne le dirigeant genevois. En plus, il faudra probablement voyager en avion privé pour le match retour en Espagne.»

Objectif titre national

L’affiche, qui sera très certainement diffusée en direct sur la RTS, reste une manne financière forcément bienvenue pour le club genevois, dont le budget (environ 500 000 francs) n’est pas comparable aux cadors européens. «C’est dix ou vingt fois plus pour de tels clubs» estime Richard Feuz.

Première équipe romande à participer à la Ligue des champions (hommes et femmes confondues pour le format moderne), le Servette FC Chênois Féminin compte d’abord boucler son premier tour en battant son principal poursuivant, Zurich, le 5 décembre au Stade de Genève. Histoire qu’après le Covid-19, qui a privé les Genevoises du titre la saison passée, rien ni personne ne vienne briser le principal objectif du club.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
7 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

GradInNord

24.11.2020 à 21:06

Ses quant le matche ?

Goal

24.11.2020 à 20:45

J'aime le foot. J'aime les femmes. Mais le foot féminin... please...

Please

24.11.2020 à 20:29

Vous voulez pas plutôt nous parler d un sport où les femmes excellent genre le patinage artistique. On en peut plus du foot et on a pas du tout envie de commencer avec le foot feminin