Football: Servette Chênois: un festival de frappes et un message fort
Publié

FootballServette Chênois: un festival de frappes et un message fort

Les Genevoises ont repris la compétition en asseyant encore un peu plus leur domination sur la Super League féminine. Victoire spectaculaire 5-0 face à Bâle.

par
Florian Vaney
Les Servettiennes ont eu plus d’une occasion de se congratuler samedi soir.

Les Servettiennes ont eu plus d’une occasion de se congratuler samedi soir.

Eric-Lafargue

Eric Sévérac a accepté de le dire juste après la rencontre: oui, Servette Chênois a travaillé tout spécifiquement les frappes lointaines la veille de la réception du FC Bâle. «On a fait quelques minutes de rab en fin de séance, absolument, s’est réjoui l’entraîneur grenat. En partie parce qu’on a la volonté d’ajouter toujours plus de cordes à notre arc. En partie aussi parce qu’on sait que les Bâloises ont tendance à évoluer très bas sur le terrain. Donc plutôt que de s’obstiner à entrer dans le but avec le ballon, on a voulu prendre le problème différemment.»

Comment dire qu’on aurait eu de la peine à croire l’inverse? Cinq goals, quatre tirs de loin victorieux. Le genre d’événement qui ne se voit pas tous les week-ends sur les terrains. De ceux qui résument aussi à merveille le potentiel technique de cette équipe. «Ça a bien fonctionné pour nous aujourd’hui et je suis fier de mes filles. Mais seulement à partir de la 20e minute», tempérait tout de même le toujours très perfectionniste Eric Sévérac. C’est d’ailleurs durant cette période-ci que Gaëlle Thalmann a connu sa seule et unique frayeur de la rencontre, sur une… passe en retrait.

Manon Revelli, tout de suite au top

C’est dire le silence auquel ont été réduites les Rhénanes. Le festival a ainsi pu commencer dès la 20e minute. Et pour parfaitement lancer les Grenat dans cette année 2021, qui d’autre que la patronne Sandy Maendly? Son envoi lobait une Michèle Tschudin impuissante. Tout aussi impuissante que lorsque c’est Manon Revelli qui saisissait sa chance et scellait, déjà, le sort de la partie (45e, 2-0). La talentueuse française prêtée par l’OL à Servette fêtait ainsi plus que dignement sa première en Suisse.

Léonie Fleury et Amandine Soulard trouvaient toutes les deux la toile de l’extérieur de la surface en seconde période, tandis que Marta Peiro, en face-à-face, marquait la seule réussite assortie d’une note de style un peu moindre. 5-0, la victoire était totale. Un KO magistral, qui dit beaucoup de la domination de Servette Chênois sur le football suisse actuellement. Si leurs adversaires pensaient que les Genevoises avaient mis le pied sur le frein durant la trêve hivernale, elles ont vite compris qu’elles faisaient fausse route.

«On se prépare depuis un mois dans des conditions idéales, notamment grâce au terrain de la Fontenette qui nous est désormais mis à disposition. Les filles le méritent. On a simplement dû faire l’impasse sur notre camp à l’étranger. D’un point de vue global, je pense que l’équité sportive est plutôt bien respectée en Super League féminine», lâchait encore Eric Sévérac. Pour l’heure, seul Young Boys doit composer avec une quarantaine. Le dauphin de Servette a ainsi dû faire l’impasse sur son match de reprise samedi. Résultat, le SFCCF n’a pas attendu pour s’envoler en tête. À mi-parcours, les Grenat ont déjà fait un peu plus qu’un pas en direction d’un premier titre officiel.

Votre opinion