Football - Servette n’a plus été leader de Super League depuis un jour d’été 2003
Publié

FootballServette n’a plus été leader de Super League depuis un jour d’été 2003

S’il bat Zurich ce mardi (20 h 30), le club genevois s’installera seul en tête du championnat. Une situation qu’il n’a plus vécue depuis bientôt deux décennies. Oscar Londono s’en souvient.

par
Nicolas Jacquier
Bratic vient d’ouvrir le score. Le buteur disparaît sous une montagne humaine. On reconnaît, de g. à dr., Cravero, Londono, Kader, Lombardo, Obradovic, Aziawonou, Comisetti et Vardanyan.

Bratic vient d’ouvrir le score. Le buteur disparaît sous une montagne humaine. On reconnaît, de g. à dr., Cravero, Londono, Kader, Lombardo, Obradovic, Aziawonou, Comisetti et Vardanyan.

Tatiana Lafargue

Au fil de ses ascensions successives pour retrouver la Super League, objectif qu’il avait atteint en mai 2019, Servette avait souvent eu l’occasion d’occuper la place de premier de cordée ces dernières années. Une place de leader qu’il a occupée au gré des différents classements (1re ligue, Promotion et Challenge Leagues).

Mais jamais encore les «grenat» n’avaient eu l’occasion de s’installer, même provisoirement, dans le fauteuil de leader de Super League, ce qui sera le cas ce mardi soir en cas de victoire contre Zurich dans le match au sommet de la 7e journée (coup d’envoi à 20 h 30). Voilà qui serait assurément un symbole fort venant d’une équipe désormais prête à bousculer la hiérarchie communément admise…

Dans son histoire, Servette a bien sûr souvent été leader dans l’élite helvétique, mais la dernière «photographie» (ou arrêt sur image) commence néanmoins à dater. Il faut remonter à l’exercice 2003-2004, plus précisément à la 3e journée, pour trouver trace de Genevois trônant au sommet. Ce 26 juillet 2003, devant 5000 spectateurs réunis à la Praille, le Servette de Marco Schällibaum l’avait emporté 5-1 contre le FC Thoune à l’issue dun match arbitré par Philippe Leuba - buts de Bratic (20e), Aziawonou (48e), Kader (57e), Comisetti (70e) et Zambrella (73e), contre une réussite bernoise de Milicevic (77e).

«On avait réalisé un superbe premier tour. Les choses s’étaient ensuite un peu gâtées après Noël»

Oscar Londono, ancien milieu de terrain du SFC

En ce temps-là, Oscar Londono était sur la pelouse, il était même le capitaine d’un onze qui avait signé un départ idéal: 9 points en 3 matches qui devaient permettre à Servette de précéder Bâle et Young Boys au pointage intermédiaire. «On avait réalisé un superbe premier tour, se souvient le milieu de terrain. Les choses s’étaient ensuite un peu gâtées après Noël, mais on était quand même parvenu à accrocher à l’Europe en restant sur le podium.»

Réduction de salaires

En cet été 2003, plus d’une année avant l’arrivée de Marc Roger, Servette souffrait déjà de graves problèmes financiers.

Accueilli comme le sauveur du club genevois, Marc Roger allait précipiter la faillite du Servette FC en février 2005.

Accueilli comme le sauveur du club genevois, Marc Roger allait précipiter la faillite du Servette FC en février 2005.

Eric Lafargue

«Dès la première partie de saison, reprend Londono, on avait accepté de réduire nos salaires pour tenter de maintenir le club à flot. A l’époque, on voyait Marc Roger comme le sauveur.»

«Le spectacle que propose aujourd’hui Servette est plaisant à regarder. On sent qu’il y a un bon amalgame»

Oscar Londono, ancien milieu de terrain du SFC

Agé de 50 ans, l’ancien footballeur travaille aujourd’hui à mi-temps et s’investit sinon dans le secteur de la formation à Nyon, en tant que responsable technique du mouvement junior de Colovray. Ancien adjoint de Stéphane Henchoz au FC Sion, Oscar Londono suit toujours le parcours du Servette estampillé Geiger; il n’est pas surpris de ses excellents résultats. «Le spectacle que propose aujourd’hui Servette est plaisant à regarder. On sent qu’il y a un bon amalgame, avec des joueurs capables de faire la différence.»

Il y a aussi le contexte, beaucoup plus sain que voici bientôt deux décennies. «A l’époque, il y avait trop d’histoires…»

Zurich réussit bien à Servette

Le nom de l’ancien taulier des Charmilles et de la Praille (220 matches/9 buts entre 2000 et 2008), ainsi que ceux de ses coéquipiers d’alors, pourraient même disparaître des tabelles si le SFC venait à l’emporter dans quelques heures. Le club genevois reste sur quatre victoires consécutives (2-1, 1-0, 3-1, 2-1) face à l’actuel leader du championnat. Certains y verront peut-être plus qu’un heureux présage.


Votre opinion