10.05.2019 à 12:30

Football«Servette promu contre nous? Ça ferait mal aux fesses»

Le Lausanne-Sport peut perdre très gros, vendredi soir à Genève. Au niveau comptable comme de l'honneur. Prise de température.

par
Jérôme Reynard
Les supporters vaudois seront tendus, vendredi soir au Stade de Genève.

Les supporters vaudois seront tendus, vendredi soir au Stade de Genève.

Keystone

Les supporters du Lausanne-Sport n'attendent pas le match de vendredi soir dans la plus grande des sérénités. A vrai dire, la perspective de voir Servette, leur rival éternel, valider sa promotion en Super League (un nul lui suffit) au bout d'un derby lémanique a quelque chose d'horripilant. Ajoutez la crainte de réaliser la pire des opérations du week-end (une défaite à Genève couplée à une victoire d'Aarau, qui prendrait la 2e place) et vous obtenez un contexte dans lequel les Vaudois peuvent perdre très gros. Au niveau comptable comme de l'honneur.

«Servette promu contre nous? Ce serait une petite humiliation, confirme Marco Reymond, fondateur du «club des 30» de la Confrérie du Lausanne-Sport. Ce serait moche, ça ferait mal aux fesses. Mais probablement pas autant que ce qu'on leur a infligé en 2013, quand on les a envoyés en Challenge League à la Pontaise (ndlr: 3-0).» Tendu? «Moins que nos supporters qui feront le déplacement du Stade de Genève», répond notre interlocuteur, retenu par des obligations professionnelles.

Président du Blue-White Fanatic Kop, Valentin Crettaz sera du voyage. «J'avoue que j'ai hésité, se marre-t-il. J'ai un peu de peine à imaginer quel sera mon sentiment si le cas de figure se présente. Je pense que ce serait une sorte de non-sentiment général... En fait, je n'ai pas envie de penser à ça. Même si de toute manière la promotion de Servette va tomber à un moment ou à un autre. On y est préparés.»

«J'y crois»

Sauf contre-performance d'Aarau à Schaffhouse le lendemain, le LS sera quoi qu'il arrive vendredi toujours sous haute pression au bout du week-end. «Ce serait pas mal qu'on ne grille pas notre joker ce soir, qu'on s'impose et qu'on garde notre droit à un match nul pour les trois dernières journées avant le barrage. J'y crois, lance Valentin Crettaz. Et cela malgré un championnat un peu triste et frustrant, où on ne parvient pas à faire honneur à notre statut.»

«On a l'impression que la mayonnaise n'a pas vraiment pris, poursuit Marco Reymond. On a souvent été déçus, cette saison. Mais tout est encore possible. Il faut rester optimiste. On va aller gratter ce barrage et cette promotion!»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!