27.09.2020 à 16:13

FootballServette retrouve le sourire en battant Bâle

Les Grenat, en supériorité numérique dès la 30e minute, obtiennent un succès logique et important.

par
Daniel Visentini
Le Genevois Kastriot Imeri (à gauche) se joue de Jasper van der Werff. Le Bâlois sera expulsé dès la 30e minute de jeu. 

Le Genevois Kastriot Imeri (à gauche) se joue de Jasper van der Werff. Le Bâlois sera expulsé dès la 30e minute de jeu.

KEYSTONE

Après une défaite à Lausanne constellée de points d’interrogations, il fallait corriger le tir. Servette l’a fait brillamment contre Bâle ce dimanche au Stade de Genève (victoire 1-0). Tout n’est pas encore parfait, notamment à la finition, mais sur le plan du jeu, les Grenat ont montré de belles choses, rien à voir avec les imprécisions aperçues à la Pontaise une semaine plus tôt. Cette réaction était attendue et importante pour lancer la saison, même si ce Bâle réduit à dix dès la 30e minute de jeu n’a presque jamais réussi à gêner les Servettiens.

Kone se rate, Cognat se blesse

Le premier mouvement aurait dû être le bon. On parle de cette action lancée dès la troisième minute de jeu sur la droite entre Stevanovic et Cognat, qui se prolongeait sur la gauche, vers Mendy. Le latéral servettien, après un crochet, allait offrir un but tout fait à Koro Kone. Le buteur grenat était seul, dans les cinq mètres de Bâle, le ballon qu’il recevait était parfait, ras-terre, précis. L’Ivoirien n’avait plus qu’à dévier dans la cage pour ouvrir le score. Il envoyait le ballon sur la latte. Presque plus compliqué… On veut bien invoquer la malchance, les centimètres ou les millimètres de trop, mais à la fin, il y a une réalité: la balle aurait dû finir au fond des filets. C’est peut-être trivial ou réducteur, mais si le buteur attitré ne convertit pas ce genre d’offrandes, tout devient compliqué.

Passé ce gros raté, dont ne sait pas ce qu’il aurait pu conditionner, Servette a dû faire face à un coup dur. C’était la 9e minute, Cognat tombait au sol en se tenant l’arrière de la cuisse gauche. «Game over» pour le Français, vraisemblablement victime d’une déchirure musculaire.

La VAR retourne la situation

On résume. Après dix minutes de jeu, Servette aurait dû mener 1-0 si Kone n’avait pas manqué l’immanquable. Mais les Grenat en étaient à 0-0 et avaient perdu Cognat sur blessure, celui qui devait inspirer les offensives servettiennes dans l’axe du milieu. De quoi jeter un froid sur les premières intentions? Même pas. Pour le froid, la météo s’en chargeait. Pour le reste, c’est la VAR qui a réchauffé l’atmosphère. C’est arrivé à la 21e minute, quand Bâle, dangereux en ruptures, profitait au départ d’un mauvais placement d’Imeri pour déclencher une action. Elle se terminait avec un tir croisé imparable de Stocker. Bâle menait donc au score. Mais ça, c’était avant la VAR.

Alerté, Luca Piccolo stoppait le jeu. Dans son oreillette, les préposés à la VAR lui exprimaient un doute sur une intervention de Zhegrova sur Mendy qui précédait le but de Stocker. L’arbitre est allé vérifier par lui-même sur le petit écran qui bordait le terrain. Et il a annulé le but, considérant qu’il y avait une faute bâloise. Les supporters grenat diront que M. Piccolo ressortait grandi de cette décision. On dira qu’elle était généreuse.

Imeri fait craquer Bâle

Le troisième coup de théâtre a eu lieu juste après. Servette prenait Bâle en contre, Imeri, lancé par Ondoua, filait. Il oubliait de servir Stevanovic, seul sur sa droite, mais enfin, son dernier crochet éliminait Van de Werff, le dernier défenseur bâlois. Sauf que Van der Werff, lui, éliminait Imeri en le fauchant. Carton rouge logique. Mais pas de but pour Servette sur le coup franc trop lointain.

Depuis la 30e, Servette était donc en supériorité numérique. Et il allait dominer copieusement la rencontre. Avec une multitude d’occasions à la clé, notamment en seconde période. Sforza avait placé les siens en 5-3-1, abandonnant définitivement le ballon aux Genevois. Mais il manquait toujours quelque chose à la finition. Pour Mendy, pour Kone encore, pour Sauthier. Le roseau bâlois pliait sans rompre.

Schalk transforme un penalty

Il aura fallu encore une fois un coup de théâtre pour que la situation se débloque. Sur une remise de la tête de Stevanovic, Hajdari laissait traîner son bras. M. Piccolo n’hésitait pas une seconde et désignait le point de penalty. Le pied de Schalk ne tremblait pas au moment de la transformation. Mérité pour ce Servette récompensé de ses efforts. Il restait un quart d’heure à tenir face à ce Bâle doublement émoussé (pour jouer à dix depuis la 30e et pour avoir disputé un match d’Europa League jeudi soir). Ils ont parfaitement géré ces derniers instants. Ils auraient sans doute dû inscrire le fameux but de la sécurité, mais ce premier succès de la saison suffira à leur bonheur.

Bâle – Servette 1-0 (0-0)

Stade de Genève, 1000 spectateurs autorisés. Arbitre: M. Piccolo.

But: 77e Schalk 1-0 (pen.).

Servette: Frick; Sauthier (70e Diallo), Rouiller, Sasso, Mendy; Cespedes, Ondoua; Stevanovic, Cognat (10e Antunes, 94e Séverin), Imeri (70e Schalk); Kone.

Bâle: Nikolic; Widmer, Van der Werff, Alderete, Padula; Frei, Bunjaku (81e Pululu); Zhegrova (34e Hajdari), Van Wolfswinkel, Stocker (81e Campo); Cabral (63e Tushi).

Avertissements: 7e Bunjaku (antijeu), 13e Cespedes (jeu dur), 51e Stevanovic (réclamation), 58e Van Wolfswinkel (réclamation), 61e Nikolic (antijeu).

Expulsion: 30e Van der Werff (faute de dernier recours).

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
13 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Cricrilechêne

28.09.2020 à 08:56

Le nouveau latéral au chignon est vraiment très mauvais!

Le Trappeur

27.09.2020 à 18:53

Hello les têtes pensantes du servette cherche buteur,un supporter de longue date et ancien junior des années 60 que de la nostalgie ????

Fcx

27.09.2020 à 18:11

Ignacio fait la girouette sur le matin