Football: Servette, un bonheur retrouvé

Publié

FootballServette, un bonheur retrouvé

Les Grenat n'ont rien d'un néo-promu. Ils bouclent la première phase à une très belle cinquième place.

par
Daniel Visentini
Genève

A l'heure du bilan de mi-parcours, les Servettiens ont la tête haute, une attitude qui sied à ceux qui ont le sentiment du devoir accompli. Les Grenat ont bouclé la première phase du championnat à un superbe cinquième rang qui dit autant le passage réussi à la ligue supérieure que les ambitions de jeu portées par Geiger et les siens. La victoire contre Thoune raconte également les progrès accomplis quand, mené au score, Servette a réussi sans s'affoler à passer l'épaule.

C'est une forme de bonheur retrouvé qui habille ce Servette conquérant. Alain Geiger savoure. «Nous nous sommes bien adaptés à la Super League, c'est vrai, sourit-il. Entre la promotion et ces 27 points déjà inscrits dans l'élite, c'est une magnifique année 2019 que nous avons vécue. Nous voyons bien qu'en ville les gens reparlent de Servette, c'est beau. Mais il faut continuer. Nous avons encore une marge de progression, que j'estime à 30%. Ce sera pour la deuxième partie de la saison.»

Servette, c'est un peu un bol d'oxygène rafraîchissant. Parce que c'est par le jeu que les Grenat sont sortis de la zone de turbulences qui les emprisonnait pendant deux mois (septembre et octobre). «Peut-être fallait-il passer par là pour franchir un palier, dira Geiger. Le groupe a évolué, a appris des choses et reste réceptif pour progresser encore.»

Il sait mieux gérer ses temps faibles, il est à l'aise dans son 4-2-3-1 habituel, mais sait aussi se transformer dans un 4-4-2 offensif. C'est ce qui s'est passé contre Thoune. L'ouverture du score de Havenaar avait jeté un froid, mais Servette a appris à ne plus se crisper. Il aura fallu deux balles arrêtées (un coup franc de Park pour une volée parfaite de Rouiller et un penalty pour une faute de Joss sur Schalk, qui le transformera), mais aucun sentiment de panique dans les rangs genevois.

En fait, dans ce tableau idyllique, la seule ombre est l'«affaire» Wüthrich, titulaire contre Thoune une dernière fois? Comme aucun accord n'est intervenu entre le joueur en fin de contrat en juin et les dirigeants pour une prolongation, une mesure radicale a été prise par ces derniers: dès janvier, Wüthrich n'ira pas au camp de préparation et devrait ensuite s'entraîner à l'écart du groupe. «J'attends encore de voir si c'est définitif, soupirait le capitaine Sauthier. On ne peut qu'espérer que les choses évoluent. Ce serait bien pour nous et pour lui aussi, bien sûr.» Si l'on peut comprendre que Servette ne construise pas autour d'un joueur qui sera en fin de contrat dans quelques mois, on peut malgré tout espérer autre chose qu'une mise à l'écart si brutale.

Servette - Thoune 2-1 (0-0)

Stade de Genève, 5084 spectateurs.

Arbitre: M. Bieri.

Buts: 51e Havenaar 0-1; 66e Rouiller 1-1; 72e Schalk pen. 2-1.

Servette: Frick; Sauthier, Rouiller, Sasso, Iapichino; Ondoua, Cognat; Stevanovic, Wüthrich (57e Schalk), Park (74e Tasar); Kone (88e Routis).

Thoune: Faivre; Joss, Havenaar, Gelmi, Kablan (74e Ahmed); Tosetti, Stillhart, Roth, Hefti (46e Fatkic); Salanovic, Munsy (56e Rapp).

Avertissements: 70e Joss (antijeu), 86e Frick (antijeu), 94e Schalk (réclamation).

Ton opinion