Actualisé 19.02.2016 à 14:04

FranceSex-tape: l'ami d'enfance de Benzema en liberté

Karim Zenati, aussi mis en examen dans l'affaire de la sex-tape de Mathieu Valbuena, a été remis en liberté jeudi.

1 / 25
Karim Benzema a obtenu gain de cause devant la Cour de cassation (Mardi 11 juillet 2017).

Karim Benzema a obtenu gain de cause devant la Cour de cassation (Mardi 11 juillet 2017).

AFP
L'affaire du chantage à la sex-tape contre le footballeur français Mathieu Valbuena va continuer. La chambre d'instruction de la cour d'appel de Versailles a rejeté vendredi l'annulation de l'enquête demandée par les suspects, dont Karim Benzema, et mis en examen l'ex-joueur Djibril Cissé. (Vendredi 16 décembre 2016)

L'affaire du chantage à la sex-tape contre le footballeur français Mathieu Valbuena va continuer. La chambre d'instruction de la cour d'appel de Versailles a rejeté vendredi l'annulation de l'enquête demandée par les suspects, dont Karim Benzema, et mis en examen l'ex-joueur Djibril Cissé. (Vendredi 16 décembre 2016)

AFP
Karim Benzema, à sa sortie du Palais de Justice de Versailles (France) le 5 novembre 2015. La justice se prononce sur la validité de l'enquête du chantage à la sex-tape contre Mathieu Valbuena, dont les principaux suspects, Karim Benzema en tête, demandent l'annulation. (Vendredi 16 décembre 2016)

Karim Benzema, à sa sortie du Palais de Justice de Versailles (France) le 5 novembre 2015. La justice se prononce sur la validité de l'enquête du chantage à la sex-tape contre Mathieu Valbuena, dont les principaux suspects, Karim Benzema en tête, demandent l'annulation. (Vendredi 16 décembre 2016)

AFP

Zenati était la dernière personne encore en détention provisoire dans le dossier de la sex-tape. Sa demande de remise en liberté, déposée lundi, a été acceptée, a précisé le parquet, confirmant une information du Parisien.

«Il n'y avait plus de critères pour que sa détention soit prolongée», a réagi son avocate, Me Katia Gabriel.

Au coeur de l'affaire, une vidéo intime de Valbuena récupérée par trois hommes, plus ou moins familiers des footballeurs, et qu'ils sont soupçonnés d'avoir utilisée pour tenter d'extorquer de l'argent au joueur de l'Olympique lyonnais. Benzema avait été approché par un ami d'enfance, Karim Zenati, autre membre présumé de l'entreprise de chantage, soupçonné de lui avoir demandé de convaincre Valbuena de payer.

Sous contrôle judicaire

Benzema avait parlé de l'enregistrement à Valbuena le 6 octobre au centre d'entraînement des Bleus à Clairefontaine (Yvelines), selon lui de manière amicale, de manière pressante et menaçante selon l'accusation.

Les trois hommes, Axel Angot, Younès Houass et Mustapha Zouaoui, alias «Sata», avaient été remis en liberté la semaine dernière, à l'expiration du délai maximal de détention provisoire prévu par la loi dans leur cas, quatre mois.

Tous trois ainsi que Zenati restent soumis à un contrôle judiciaire qui interdit à chacun d'entrer en contact avec les autres mis en examen et Mathieu Valbuena, selon le parquet.

Première victoire pour Benzema

Karim Benzema, mis en examen pour «complicité de tentative de chantage» et «participation à une association de malfaiteurs», a pour sa part remporté une première victoire judiciaire et peut à nouveau espérer jouer l'Euro-2016: la juge d'instruction a levé partiellement son contrôle judiciaire mercredi, acceptant que l'attaquant côtoie à nouveau son coéquipier des Bleus Mathieu Valbuena, une décision «immédiatement exécutoire» malgré l'appel du parquet.

Cet appel sera examiné par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Versailles le 4 mars.

Plus aucun mis en examen n'étant en détention provisoire dans ce dossier, les délais de clôture de l'instruction puis d'audiencement d'un éventuel procès peuvent s'en trouver rallongés, selon une source judiciaire.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!