Fribourg - Sexisme à l'école: le directeur est blanchi, deux profs licenciés
Publié

SexismeLe directeur et un professeur d’une école fribourgeoise hors de cause

Dénoncés pour leurs comportements censément sexistes, le directeur et un enseignant de l’Eikon ont été blanchis. Deux autres profs seront licenciés.

L’enquête a été menée au sein de l’École professionnelle en arts appliqués (Eikon), à Fribourg.

L’enquête a été menée au sein de l’École professionnelle en arts appliqués (Eikon), à Fribourg.

facebook/eikon

À la suite d’une vague de dénonciations sur les réseaux sociaux, début février, au sujet de comportements sexistes au sein de l’École professionnelle en arts appliqués (Eikon), la Direction de l’économie et de l’emploi (DEE) du canton de Fribourg avait immédiatement diligenté une enquête administrative pour faire toute la lumière sur ces accusations.

«Par mesure de précaution», rappelle le communiqué du DEE, «trois enseignants visés avaient été suspendus, de même que le directeur de l’établissement, en raison de sa fonction». Dans la foulée, une cellule de soutien psychologique ouverte aux apprentis et aux enseignants avait été mise en place par le Service fribourgeois de la formation professionnelle, cellule qui a toutefois été très peu sollicitée.

Confiée à une avocate indépendante, l’enquête a permis, après une cinquantaine dauditions d’apprentis, danciens élèves comme de collaborateurs de l’Eikon, de mettre «hors de cause le directeur de l’établissement, Nicolas Stevan, concernant les accusations de comportements répréhensibles». Les témoignages recueillis ont également permis de blanchir un des enseignants suspendus.

Campagne de sensibilisation

Concernant les deux autres enseignants, l’enquête a conclu à l’existence de certains comportements répréhensibles, qu’elle assimile parfois à du harcèlement sexuel et qui sont constitutifs de fautes professionnelles graves. La DEE a donc décidé d’ouvrir des procédures de résiliation des rapports de service à leur encontre.

Dans un souci de prévention et de formation continue, la DEE a mandaté le Service de la formation professionnelle pour organiser, dans les prochains mois, une campagne de sensibilisation au sein de ses écoles pour les élèves et les enseignants. Dans les écoles du secondaire II et les écoles professionnelles, diverses activités en lien avec cette problématique sont d’ailleurs déjà organisées régulièrement, comme l’a relevé le Conseil d’État fribourgeois dans sa réponse, début juin, à une question parlementaire sur le «sexisme et les atteintes d’ordre sexuel dans le cadre scolaire».

Le directeur démissionne

Pour la DEE, il convient également d’insister sur le fait que l’enquête a montré qu’en dehors des cas mentionnés, «le personnel de l’Eikon a fait preuve d’un comportement professionnel irréprochable». La qualité de l’enseignement qui y est dispensé et les résultats obtenus par l’école démontrent «l’excellence de cet établissement, qui ne saurait être remis en cause».

Même s’il a été blanchi, le directeur de l’École professionnelle en arts appliqués, Nicolas Stevan, a décidé de démissionner, «estimant qu’un retour à la direction de cette école n’était désormais plus envisageable», selon les termes du communiqué. La DEE «prend acte de cette décision» et remercie son ancien directeur pour la qualité de son travail à la direction de l’Eikon pendant ces six dernières années.

(COMM / FTR)

Votre opinion