Football: Shaqiri: «Tout a commencé dans la rue»
Publié

FootballShaqiri: «Tout a commencé dans la rue»

Dans un entretien donné au site de Liverpool, le Suisse a évoqué sa jeunesse à Bâle et son idole d'enfance.

par
Sport-Center
Shaqiri raconte avoir appris le succès en se mesurant à des joueurs plus grands et plus forts dans les rues de Bâle.

Shaqiri raconte avoir appris le succès en se mesurant à des joueurs plus grands et plus forts dans les rues de Bâle.

Keystone

Liverpool, leader de Premier League avec 25 points d’avance sur Manchester City avant que la crise sanitaire ne vienne interrompre sa marche triomphale, est dans l’attente de fêter un titre qui lui tendait les bras. Et que le club attend depuis 1990. Un 19e trophée de champion national pour les Reds devrait être ou aurait pu être le septième soulevé par Xherdan Shaqiri (trois fois avec Bâle, puis trois fois avec le Bayern). Dans un long entretien publié sur le site officiel de Liverpool, le Bâlois s’est confié sur son évolution.

«Honnêtement, je n’aurais jamais pensé réaliser une telle carrière. Parfois, je dis à mes proches: regardez où j’ai joué, combien de trophées j’ai remporté. C’est incroyable. C’est rare de vivre cela et peu de monde a gagné deux Ligues des Champions avec deux clubs différents et autant de titres avec le Bayern ou Bâle», s’est réjoui Shaqiri.

La même coiffure en triangle que Ronaldo

Le joueur offensif suisse est également revenu sur sa vie, qu’il a comparée à un rêve. Mais pour en arriver là, l’ancien Rhénan a confié avoir beaucoup appris dans les rues de Bâle et plus précisément dans un parc à cinq minutes à pied du domicile familial. «Tout peut arriver dans la rue. J’ai vu des joueurs se battre devant mes yeux. C’était difficile de jouer car j’étais l’un des plus jeunes et l’un des plus petits en taille. Mais cette expérience m’a beaucoup appris: m’affirmer, avoir du succès, gagner des matches. Tout a commencé là-bas.»

Le football de rue pratiqué par Shaqiri dans sa jeunesse lui a permis de développer son bagage technique. «Les joueurs de rue sont meilleurs techniquement, car ils jouent de manière plus instinctive», estime le No 23 des Reds. Dans l’interview, le Suisse dévoile aussi sa fascination pour le Brésilien Ronaldo, son idole de jeunesse. «Je l’admirais énormément. Son style et sa manière de jouer étaient incroyables. J’ai même imité sa coiffure en triangle en 2002», rigole Shaqiri, qui rajoute encore avoir pleuré à la maison lorsque son idole a perdu la finale de la Coupe du monde contre la France en 1998.

S.BO

Votre opinion