Fashion Week: Shoji en appelle à l'esprit militant des années 60
Publié

Fashion WeekShoji en appelle à l'esprit militant des années 60

Le couturier, très «flower power», voit venir un «soulèvement» face à Donald Trump.

1 / 150
Les démocrates américains ont franchi un cap dans leurs enquêtes visant le président Donald Trump, en les faisant rentrer officiellement dans le cadre d'une procédure de destitution. (Jeudi 12 septembre 2019)

Les démocrates américains ont franchi un cap dans leurs enquêtes visant le président Donald Trump, en les faisant rentrer officiellement dans le cadre d'une procédure de destitution. (Jeudi 12 septembre 2019)

Keystone
La démocrate Ilhan Omar a déclaré aux journalistes que Donald Trump était «fasciste». (Jeudi 18 juillet 2019)

La démocrate Ilhan Omar a déclaré aux journalistes que Donald Trump était «fasciste». (Jeudi 18 juillet 2019)

Keystone
La Chine a annoncé, en pleine escalade de la guerre commerciale avec Washington, avoir infligé une amende anti-monopole de 23,3 millions francs à une co-entreprise du constructeur automobile américain Ford. (Mercredi 5 juin 2019)

La Chine a annoncé, en pleine escalade de la guerre commerciale avec Washington, avoir infligé une amende anti-monopole de 23,3 millions francs à une co-entreprise du constructeur automobile américain Ford. (Mercredi 5 juin 2019)

Keystone

Le couturier Tadashi Shoji a présenté jeudi, à New York, une collection très inspirée du grand mouvement d'émancipation des années 1960, que lui rappelle la période actuelle et les grandes manifestations contre Donald Trump. Le créateur de 69 ans a voulu célébrer une époque, «la fin des années 60 et le début des années 70», où la «révolution de la jeunesse» était «partout dans le monde», a-t-il expliqué à l'AFP.

Et aujourd'hui, «une vague de changement envahit le monde», explique Tadashi Shoji dans ses notes de collection, au sujet de ce qu'il qualifie de «soulèvement». «Le temps de vous exprimer est venu», ajoute-t-il.

Pour l'un des premiers défilés de la semaine de la mode de New York, entamée jeudi, le designer d'origine japonaise a puisé dans le «flower power», avec des fleurs brodées un peu partout sur des pantalons ou des robes. Les couleurs aussi rappellent les outrances des années 60, du violet, du vert éclatant, du rouge vermillon, avec quelques notes plus sages de vieux rose et de gris. Du côté des matières, le velours est très présent, lui aussi réminiscence des années 60 et 70.

«Je suis un immigré»

Quant à la musique, le couturier s'en est remis aux classiques avec Jimi Hendrix, Nancy Sinatra ou David Bowie.

Une partie de l'équipe de Tadashi Shoji et la première mannequin à ouvrir le défilé portaient le désormais fameux bandana blanc, symbole de solidarité et d'inclusion qui a déjà été aperçu aux défilés de Tommy Hilfiger et Thakoon. Pour Tadashi Shoji, il est important de montrer que nous ne sommes «pas divisés», mais «ensemble». A travers sa collection et les bandanas blancs, il voulait envoyer un message de «rassemblement», a-t-il expliqué.

«Je suis un immigré et 50% de mes employés le sont aussi», a-t-il souligné. «Et la philosophie de ma maison est d'habiller toutes les femmes», a-t-il ajouté. «De tous les pays, toutes les religions, de toutes les tailles, de toutes les couleurs, nous pouvons les rendre belles.»

(AFP)

Votre opinion