Roland-Garros: «Si ce n'était pas du direct, je lui aurais collé une droite»

Publié

Roland-Garros«Si ce n'était pas du direct, je lui aurais collé une droite»

Embrassée de force, devant les caméras d'Eurosport, par le joueur de tennis Maxime Hamou, la journaliste Maly Thomas s'est exprimée à propos de l'affaire.

par
Laurent Siebenmann

La séquence diffusée lundi soir sur Eurosport, en marge de Roland-Garros, a beaucoup fait parler d'elle. En plein direct, le joueur Maxime Hamou a embrassé, plusieurs fois, de force la journaliste Maly Thomas qui l'interrogeait, cherchant même à l'immobiliser en la tenant fermement par le cou.

Le comportement déplacé d'Hamou lui a valu d'être exclu du tournoi par les organisateurs. Le jeune tennisman s'est fendu d'excuses écrites, hier soir.

Mais en fin de journée, c'est la journaliste Maly Thomas qui a également pris la parole: «Il ne donne pas une bonne image de lui. Il se détruit tout seul en faisant ça», a déclaré la jeune femme à nos confrères du Huffington Post.

Elle dénonce «une situation franchement désagréable, reflet des rapports entre les hommes et les femmes qui peuvent exister dans la vie courante. (...) Ce sont des situations que l'on banalise et qui ne devraient pas l'être».

Concernant ses collègues en plateau (dont Henri Leconte, hilare) qui riaient devant les caméras de sa situation, Maly Thomas se montre magnanime: «Je les connais, je sais que ce n'était pas méchant. (...) Ils ont ri parce qu'ils croyaient à une blague, mais ils ont vite compris que ce n'était pas le cas.»

Et de conclure, à propos du comportement de Maxime Hanou: «Si ce n'était pas du direct, je lui aurais collé une droite.» Pour autant, la journaliste entend ne pas poursuivre la polémique, à propos de ces gestes déplacés.

Ton opinion