Basketball: «Si la mayonnaise ne prend pas, on change le cuisinier»

Publié

Basketball«Si la mayonnaise ne prend pas, on change le cuisinier»

Président du BBC Monthey, Yannick Buttet justifie le départ de l'entraîneur Manu Schmitt. «L'esprit n'y était pas.»

par
Jérémy Santallo
Le politicien valaisan Yannick Buttet est aussi le président du BBC Monthey.

Le politicien valaisan Yannick Buttet est aussi le président du BBC Monthey.

Keystone

L'annonce a fait l'effet d'une bombe mardi après-midi dans le microcosme de la sphère orange en Valais. Coach de renom en Suisse, passé notamment par Union Neuchâtel entre 2013 et 2017, Manu Schmitt n'officiera plus sur le banc du BBC Monthey alors que le fin de saison approche à grand pas.

«En raison de divergences de vue importantes sur le fonctionnement de l'équipe, le BBC Monthey-Chablais et le coach Manu Schmitt ont décidé d'un commun accord de stopper leur collaboration avec effet immédiat», pouvait-on lire sur la page Twitter de l'actuel 5e du classement de LNA. Le lourd revers face aux Lions de Genève (100-76), combiné aux embrouilles entres joueurs sur le parquet, ont été les gouttes de trop pour le Français de 52 ans et ses dirigeants.

Injoignable mardi en fin de journée, Yannick Buttet nous a recontactés ce mercredi matin pour justifier le départ de l'ex-sélectionneur de l'équipe de Suisse. «Sportivement, on est là où on voulait être, débute le président. Mais concernant l'état d'esprit, c'est insuffisant. En début de saison, l'objectif était clair: insuffler une véritable cohésion. Force est de constater qu'elle n'existe pas. Dans la difficulté, les joueurs n'ont pas envie de se battre. Et quand la mayonnaise ne prend pas, on change de cuisinier.»

«Un avertissement pour les joueurs»

Signataire l'été dernier d'un contrat sur trois ans après un passage d'une saison en Pro A française, à Hyères-Toulon, Manu Schmitt n'a pas voulu développer la version officielle. Mais pour son ex-employeur, le temps était venu. «C'est la meilleure décision pour tout le monde. Ce n'était plus tenable pour lui non plus. Il m'a même dit qu'il aurait dû partir plus tôt, précise Buttet. On a voulu prendre une décision forte mais cela doit aussi sonner comme un avertissement pour les joueurs. Désormais, ils n'ont plus d'excuses.»

Pour prendre la succession de Manu Schmitt, les dirigeants montheysans ont choisi de miser sur son assistant, Patrick Pembele. Le Veveysan de 26 ans avait déjà été propulsé à la tête du groupe lorsque le coach Branko Milisavljevic avait été suspendu l'année dernière. «On va lui faire confiance pour créer cet état d'esprit», conclut Buttet, qui guettera de près le comportement de ses joueurs ce mercredi soir sur le parquet du champion en titre, Fribourg Olympic.

Ton opinion