14.05.2019 à 07:49

PolitiqueSi la Suisse était dans l'UE, elle devrait élire ses 17 députés...

Campagne pour les européennes du 26 mai: 750 sièges sont à pourvoir. Si la Suisse était dans l'UE elle en aurait probablement 17, comme l'Autriche, et parmi eux quatre Romands pourraient siéger à Bruxelles.

par
Eric Felley
Le dimanche 26 mai, le nouveau visage du Parlement européen sera connu. Les 28 pays membres, dont encore le Royaume-Uni, auront choisi leurs quelque 750 représentants. Ils composeront un échiquier qui va des europhiles progressistes aux nationalistes eurosceptiques.

Le dimanche 26 mai, le nouveau visage du Parlement européen sera connu. Les 28 pays membres, dont encore le Royaume-Uni, auront choisi leurs quelque 750 représentants. Ils composeront un échiquier qui va des europhiles progressistes aux nationalistes eurosceptiques.

Tous les cinq ans, le Parlement européen renouvelle ses quelque 750 sièges. Leur nombre a varié lors des législatures précédentes en fonction de divers facteurs, mais le maximum est exactement de 751. La représentation des 28 pays varient en fonction de plusieurs paramètres. La population est un des critères principaux. Ainsi les Allemands, avec 82 millions d'habitants, ont 99 députés, les Français avec 68 millions en ont 72, etc... A l'autre bout, le Luxembourg et Malte en ont 6 et 5.

Comme l'Autriche

Au milieu du classement, on trouve les pays qui ont une taille proche de la Suisse, la Grèce, la Hongrie, la Bulgarie ou la Suède. Avec 8,4 millions d'habitants, la Suisse a une force démographique similaire à celle de l'Autriche (8,7 millions). On peut extrapoler que, si elle était dans l'UE, la Suisse aurait probablement le même nombre de représentants que ses voisins autrichiens, soit 17.

Système proportionnel

Le mode du scrutin est laissé à l'appréciation des pays membres. Trois règles doivent cependant être respectées : le système de représentation proportionnelle, un découpage électoral qui n'affecte pas cette proportionnalité et, à partir de 5% des suffrages, un parti doit obligatoirement avoir un représentant.

Quatre romands à Bruxelles

On peut imaginer qu'en Suisse, l'élection se déroule selon le découpage linguistique. En fonction de la population, la Suisse alémanique aurait 12 sièges, la Suisse francophone 4 et la suisse italophone un. Du point de vue des forces politiques, à partir des résultats des dernières élections fédérales, on pourrait estimer que la Suisse serait représentée par 5 UDC, 4 PS, 4 PLR, 2 PDC et 2 Verts.

L'UDC avec les eurosceptiques

Où siégeraient les Suisses dans le gigantesque hémicycle de Bruxelles ? L'UDC devrait se retrouver dans l'Alliance des conservateurs et réformistes européens (Conservateurs anglais, droite polonaise, etc.), qui compte 77 députés. Certains pourraient être tentés par l'Europe des nations ou des libertés (Rassemblement national français, Ligue du Nord, etc.) qui en compte 42.

Le PDC avec les plus forts

Le PS rejoindrait naturellement l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates (185 députés). Le PLR devrait s'intégrer dans l'Alliance des libéraux et démocrates pour l'Europe (69 députés). Le PDC se retrouverait avec les plus forts, le Parti populaire européen (216 députés), dont il est membre, qui est le groupe parlementaire d'Angela Merkel et le plus nombreux avec 216 députés. Quant aux Verts, ils iraient avec le Parti Vert européen, 52 députés.

La plus forte densité de lobbyistes

François Cherix, co-président du Nouveau mouvement européen suisse (NOMES) estime que la Suisse pourrait avoir plus de sièges: «D'après nos calculs, la Suisse pourrait même en avoir une vingtaine. Ce qu'il faut remarquer surtout, c'est que l'influence du Parlement européen a fortement grandi ces dernières années. Il n'est pas une sorte de chambre d'enregistrement, comme on a pu le dire, mais il est devenu un lieu stratégique. D'ailleurs, c'est l'endroit où il y a la plus forte densité de lobbyistes en Europe. C'est là où il faut être pour se faire entendre».

«On écoute aux portes»

Pour François Cherix, la Suisse aurait tout à gagner à se trouver dans l'UE et pas seulement au Parlement: «On serait aussi présent dans les Conseils des ministres, là où se prennent des décisions importantes sur l'agriculture, la défense, l'économie, le social... Aujourd'hui, on n'est dans rien... On doit écouter aux portes pour savoir ce qui se passe... On est toujours en aval des décisions, jamais en amont, là où l'on pourrait user de notre intelligence pour influencer des décisions.»

Rappelons que les 28 membres de l'Union européenne rassemblent aujourd'hui 512 millions d'habitants, dont 380 millions d'électeurs.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!