Publié

Economie extérieureSi les objectifs ont été atteints en 2011, 2012 s'annonce difficile

Le rapport de la politique économique extérieure 2011 approuvé mercredi par le Conseil fédéral montre que le bilan des relations avec l'Union européenne est nuancé.

la Suisse va tenter de lever les obstacles institutionnels avec l'Union européenne en 2012.

la Suisse va tenter de lever les obstacles institutionnels avec l'Union européenne en 2012.

Keystone

Si les objectifs de la politique économique extérieure ont été en gros atteints en 2011, cette année s'annonce sous des auspices difficiles. Dans ce cadre, la Suisse va poursuivre ses négociations pour de nouveaux accords de libre-échange et tenter de lever les obstacles institutionnels avec l'UE.

Tels sont les principaux enseignements du rapport de la politique économique extérieure 2011 que le Conseil fédéral a approuvé mercredi. Selon ce document, le bilan des relations avec l'Union européenne est nuancé.

Les échanges commerciaux sont restés pratiquement au même niveau qu'en 2010, représentant toujours une part prépondérante du commerce extérieur de la Suisse.

Consolider les accords existants

Le Conseil fédéral entend cette année «développer» et «consolider» les accords existants. Il est ainsi prévu d'adapter les annexes de l'accord sur la libre circulation des personnes dans le domaine de la protection sociale et de la reconnaissance des diplômes, et de mettre à jour celles de l'accord agricole.

Par contre, les discussions dans d'autres domaines comme l'agriculture, l'électricité ou la sécurité des produits chimiques (REACH) se heurtent toujours à des obstacles.

Ces questions sont indirectement bloquées par la volonté de Bruxelles d'imposer à Berne un accord qui exigerait une reprise automatique du droit européen. Pour le Conseil fédéral, il s'agira en 2012, «de maintenir la souveraineté des deux parties sans compromettre le bon fonctionnement des institutions».

Hors UE

Les accords de libre-échange ont apporté le plus de satisfaction. En 2011, le Pérou et la Colombie se sont ajoutés aux 22 autres pays avec lesquels la Suisse a une relation de commerce privilégiée.

Par ailleurs, la Confédération bénéficie au travers de l'AELE de nouveaux accords de libre-échange avec Hong Kong et le Monténégro. En 2012, un autre est attendu avec l'Inde notamment.

La Suisse a en outre engagé des négociations avec des partenaires de taille comme la Chine, la Russie et l'Indonésie. D'autres avec le Vietnam et les Etats d'Amérique centrale seront lancées cette année.

Le Conseil fédéral a poursuivi sa politique de rapprochement avec les pays pour les marchés émergents tels le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine (BRIC), l'Afrique du Sud, les Etats du Conseil de coopération du Golfe, l'Indonésie, le Mexique et la Turquie.

Nouvelle stratégie pour la coopération

Le Conseil fédéral souhaite également mieux intégrer les pays en développement dans l'économie mondiale. Dans cette perspective, il présentera une nouvelle stratégie dans le nouveau message sur la coopération internationale au développement 2013-2016 qui sera débattu au Parlement en 2012.

Le principal point noir de 2011 réside dans le bilan des institutions internationales. Les membres de l'OMC ne sont toujours pas parvenus à conclure le Cycle de Doha. Dans ce contexte international plus difficile, la compétitivité de l'économie helvétique devra aussi être renforcée par des réformes internes et des mesures autonomes de libéralisation, relève le rapport.

Ton opinion