Vaccination contre le Covid – «Si ma mère avait reçu un rappel, elle serait toujours en vie»
Publié

Vaccination contre le Covid«Si ma mère avait reçu un rappel, elle serait toujours en vie»

Le taux de mortalité augmente parmi les personnes vaccinées et plusieurs experts recommandent une troisième injection. Mais Berne tarde à donner son feu vert.

La protection par le vaccin diminue avec le temps.

La protection par le vaccin diminue avec le temps.

20min/Marco Zangger

«Si ma mère avait reçu un rappel de vaccin, elle serait toujours en vie», déplore Jack Schmidli dans la «SonntagsZeitung» du jour. Alice Schmidli-Amrein avait été filmée lorsque, en décembre dernier, elle avait été la première à recevoir une dose du vaccin de Pfizer/Biontech à l’EMS Zunacher à Kriens (LU). Lundi dernier, elle a succombé au Covid-19, quatre jours seulement après que la maladie s’était déclarée. Trois autres pensionnaires vaccinés de l’EMS où vivait Alice Schmidli-Amrein ont succombé à la maladie depuis début septembre, et 11 autres ont été testés positifs.

Berne tarde à autoriser la 3e dose

Mais malgré une hausse du taux de mortalité parmi les personnes vaccinées depuis début septembre (lire encadré), Berne tarde à approuver la 3e dose. «La question de savoir si et pour qui une vaccination de rappel pourrait être nécessaire – pour l'instant certainement uniquement pour les petits groupes à risque comme les personnes âgées particulièrement exposées – n'a pas encore été déterminée à l'heure actuelle», déclare ainsi Nani Moras, porte-parole de l'OFSP au journal zurichois. Swissmedic, l'autorité d'autorisation et de surveillance des produits thérapeutiques, note que certaines données suggèrent que la protection vaccinale contre les formes graves de la maladie dure au moins 12 mois, même avec le variant delta. Et ajoute que la question de savoir si cela s'applique à tous les groupes de personnes et à tous les âges fait l'objet d'une étude mondiale approfondie.

Ne plus nier l’évidence scientifique

L’attentisme des autorités sanitaires suscite aussi l’incompréhension parmi les experts. Dont Dominique de Quervain, ex-membre de la Task Force. «Les preuves scientifiques du bénéfice de la vaccination de rappel peuvent difficilement être ignorées plus longtemps par l'autorité suisse de vaccination», lançait-il la semaine passée sur Twitter. Et l'infectiologue Huldrych Günthard de l'hôpital universitaire de Zurich déclarait il y a une semaine au même journal alémanique ne vraiment pas comprendre ce que les autorités attendent encore. «Les données sont claires, surtout chez les personnes âgées qui ont été vaccinées en premier. »

52 personnes vaccinées décédées

En Suisse, depuis début septembre, 40 personnes vaccinées avec le produit de Pfizer/Biontech sont décédées, et 12 ayant reçu celui de Moderna, note la «SonntagsZeitung». A titre de comparaison, au cours de la même période, 144 personnes sont mortes du Covid-19 sans avoir été vaccinées.

Toujours plus de pays administrent une 3e dose

On sait depuis un certain temps que la protection par le vaccin diminue avec le temps, notamment avec le vaccin Pfizer, grâce à des études menées en Israël et aux États-Unis, rappelle la «SonntagsZeitung». En juillet, Israël était devenu le premier pays du monde à vacciner sa population une troisième fois, suivi par les États-Unis et la France, puis d'autres pays, dont récemment l'Allemagne. Dans ce dernier pays, les autorités recommandent une troisième dose pour les plus de 70 ans six mois après la vaccination de base.

(ewe)

Votre opinion

493 commentaires