Basketball: Si tu ne peux pas les battre, rejoins-les

Publié

BasketballSi tu ne peux pas les battre, rejoins-les

Accepter de ne jamais rien gagner ou jouer avec d'autres stars? La question divise.

par
Thabo Sefolosha
Jean-Guy Python

Nous vivons un championnat tout de même bien particulier. Je l'ai remarqué lorsque j'étais agent libre durant l'été. Avant la saison 2016-2017, les clubs ont donné des contrats hallucinants à certains joueurs. La raison? La masse salariale disponible a drastiquement augmenté en raison des droits TV qui ont pris l'ascenseur. Des joueurs moyens ont subitement été payés comme des superstars. Un standard qu'il était impossible de faire perdurer. Douze mois après cette intersaison totalement folle – plus d'un milliard a été distribué en nouveaux contrats – beaucoup d'équipes ont dû se rendre à l'évidence: en ce moment, Golden State est difficile à détrôner. Certains pensent même que l'équipe californienne est tout simplement imbattable.

Dans ce contexte, la frénésie des dirigeants a laissé place à une plus grande austérité, voire une frilosité. Le but de tout cela? Laisser passer l'orage. Attendre que les Warriors perdent de leur superbe en effectuant quelques économies. Combien de temps cela prendra-t-il? Tout dépend de la longévité des champions en titre. Mais une chose est sûre: il en va de la pérennité de la ligue. Je connais beaucoup de fans de basket qui m'ont dit ne pas prendre l'abonnement pour regarder les matches en Suisse. Quel intérêt si le champion est, sauf immense surprise, connu avant le coup d'envoi? Et, franchement, je comprends ces gens. Je ne sais pas comment je réagirais à leur place.

Cette grande disparité de niveau dans le championnat de NBA a commencé au moment où LeBron James a décidé de rejoindre Miami et ses amis Dwyane Wade et Chris Bosh. Alors qu'il n'arrivait pas à triompher avec Cleveland, il a décidé de s'associer à deux autres superstars. Sans trop de surprise, il est arrivé à ses fins une année plus tard.

En ce moment, c'est l'arrivée de Kevin Durant à Golden State qui a considérablement changé la donne. Après avoir perdu en finale de Conférence contre les Warriors avec Oklahoma City, il a décidé de quitter le Thunder pour Golden State. Il y est devenu champion malgré les nombreuses critiques qui lui sont tombées dessus. Je ne suis pas en bonne position pour juger qui que ce soit d'un point de vue du joueur.

Si je pense en fan de basketball uniquement, je peux regretter ces accumulations de stars aux quatre coins de la ligue. Mais les joueurs savent que leur place dans l'histoire se juge également sur le nombre de titres gagnés. Dans ces circonstances, je ne sais pas comment j'aurais réagi. C'est d'ailleurs peut-être là le principal point que je retiendrais. Doit-on réduire un joueur à son palmarès collectif? C'est la mode de vouloir savoir qui est le plus grand joueur de tous les temps. Cette frénésie pourrait, sur le long terme, avoir un impact négatif.

Cette chronique est assurée en alternance par Thabo Sefolosha, Kariem Hussein, Fanny Smith, Mark Streit et Yann Sommer.

Ton opinion