Actualisé 06.02.2015 à 11:23

IndustrieSiemens va supprimer 7800 emplois dans le monde

Le groupe allemand avait annoncé il y a quelques mois la suppression de 12'000 postes dans le monde. Siemens revoit à la baisse ses mesures d'économie. La Suisse n'est pas touchée.

L'industriel allemand Siemens a annoncé ce vendredi 6 février qu'il allait supprimer 7800 emplois dans le monde.

En Allemagne, où le groupe emploie 115'000 personnes, 3300 postes seront biffés, ajoute ce vendredi 6 février Siemens dans un communiqué. Le groupe, qui compte plus de 300'000 employés, indique que ces suppressions d'emplois concernent surtout les services administratifs et les fonctions de direction.

Mais ses effectifs totaux resteront «virtuellement stables», car il a embauché plus de 11'000 personnes dans le monde depuis l'automne.

La Suisse, où le groupe emploie 5800 personnes, n'est pas concernée par ces mesures, précise un porte-parole de Siemens Suisse.

Une nouvelle vague de suppressions d'emplois était attendue depuis l'annonce en mai d'un plan visant à simplifier l'organisation de Siemens. Mais le conglomérat industriel n'avait pas chiffré jusqu'à présent le nombre d'emplois concernés, attendant une rencontre avec les représentants du personnel qui s'est tenue cette semaine.

Des économies réinvesties

Tentant depuis un certain temps de regagner en rentabilité, Siemens a décidé de regrouper certaines divisions et de supprimer des échelons hiérarchiques, mais aussi de recentrer son portefeuille d'activités, jusqu'alors très divers, autour essentiellement de l'énergie, du matériel médical, des systèmes de numérisation pour l'industrie et des transports, avec notamment la construction du train à grande vitesse ICE.

La réorganisation en cours des fonctions administratives et de direction doit permettre à Siemens d'économiser environ un milliard d'euros, une somme qui sera réinvestie dans le groupe.

Sur l'exercice 2014/2015, qui s'achèvera fin septembre, cela se traduira par environ 400 millions d'euros (421,3 millions de francs) investis pour les opérations commerciales, 400 millions dans la recherche et développement. Et environ 300 millions d'euros pour «les actifs fixes», détaille Siemens.

(ats/afp)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!