20.09.2014 à 09:57

UkraineSignature d'un mémorandum entre Kiev et les séparatistes

Cet accord débouche sur un cessez-le-feu et la création d'une zone démilitarisée de 30 kilomètres qui sera supervisée par l'OSCE et interdite à tout groupe armé.

von
smk

Les représentants de Kiev et les séparatistes de l'Est de l'Ukraine ont signé samedi à Minsk un mémorandum instaurant un cessez-le-feu et la création d'une zone démilitarisée de 30 kilomètres au terme de négociations de paix. Ils ont fait cette annonce à l'issue de sept heures de négociations à Minsk.

«Nous avons signé un mémorandum» en neuf points, a déclaré à la presse l'émissaire de Kiev, l'ex-président Leonid Koutchma. Le texte prévoit un cessez-le feu et un retrait de 15 km des artilleries lourdes des deux camps depuis leur «ligne de contact».

Une zone de sécurité avec l'OSCE

«Ce sera l'occasion de créer une zone de cessez-le-feu d'au moins 30 kilomètres de large», a ajouté M. Koutchma. Il avait rejoint pour de nouveaux pourparlers vendredi après-midi dans la capitale bélarusse l'ambassadeur de Russie en Ukraine Mikhaïl Zourabov, la représentante de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) Heidi Tagliavini et des dirigeants séparatistes.

Cet accord est la dernière tentative en date pour tenter de ramener la paix dans l'Est de l'Ukraine, où séparatistes prorusses et armée ukrainienne s'affrontent depuis avril.

Les belligérants ont convenu de ne pas utiliser d'armes lourdes dans les zones peuplées et d'interdire aux avions de combat et aux drones de survoler la zone de sécurité qui sera sous surveillance de l'OSCE, a expliqué Leonid Koutchma. Le mémorandum prévoit également que «tous les groupes armés, les équipements militaires, les combattants et les mercenaires» ne pénétreront pas dans cette zone.

Statut des régions pas discuté

Il «devrait créer une zone de complète sécurité», a indiqué de son côté Igor Plotnitsky, représentant séparatiste de la «République populaire de Lougansk». Il a ajouté que le statut des régions de Lougansk et Donetsk, contrôlées par les séparatistes, n'avait pas encore fait l'objet de discussions.

«Nous avons notre opinion sur le sujet et l'Ukraine a la sienne», a répondu pour sa part le «Premier ministre» de la République unilatéralement proclamée de Donetsk (DNR), Alexandre Zakhartchenko, interrogé sur sa volonté de rester dans le giron de l'Ukraine.

Depuis le «protocole de cessez-le-feu» signé à la surprise générale entre Kiev et les rebelles à Minsk le 5 septembre, le président ukrainien Petro Porochenko a proposé de garantir un «statut spécial» provisoire aux régions prorusses de l'est, assorti d'élections locales en décembre. Des offres, entérinées par les députés, au coeur des négociations.

Nouveau convoi d'aide russe

Un 3e convoi d'aide russe est arrivé, sans aucune escorte, dans l'est de l'Ukraine contrôlé par les séparatistes prorusses, a annoncé samedi un porte-parole russe. Le convoi transportant de l'eau et de la nourriture est arrivé à Donetsk et les camions sont en train d'être déchargés, a annoncé à l'AFP Alexander Drobichevski, porte-parole du ministre des Situation d'urgence.

Il a précisé que ce 3e convoi, le premier à parvenir à Donetsk, n'avait été escorté à la frontière par aucun représentant d'organisme international ou de Kiev.

Selon la télévision publique russe Rossiya 24, le 3e convoi de quelque 200 véhicules transporte 200 générateurs électriques, de l'eau et de la nourriture et sa route a été tenue secrète jusqu'au dernier moment pour raisons de sécurité.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!