Publié

AsieSilence en Corée du Sud pour l’examen d’entrée aux universités

Comme chaque année, Séoul a tout mis en œuvre pour que rien ne perturbe l’examen annuel d’entrée à l’université, crucial en Corée du Sud.

Des cloisons transparentes ont été installées sur chaque bureau et le port du masque est obligatoire durant toute l’épreuve de l’examen annuel d’entrée à l’université en Corée du Sud.

Des cloisons transparentes ont été installées sur chaque bureau et le port du masque est obligatoire durant toute l’épreuve de l’examen annuel d’entrée à l’université en Corée du Sud.

KEYSTONE/EPA/CHUNG SUNG-JUN

La Corée du Sud était étrangement silencieuse jeudi, jour de l’examen annuel d’entrée à l’université, crucial pour des centaines de milliers de lycéens. Cette épreuve revêtait cette année un caractère particulier en raison du coronavirus.

Les adolescents préparent pendant des années cette épreuve destinée à leur ouvrir les portes des plus prestigieux établissements du pays. Cette journée est décisive pour leur carrière, leur niveau de revenu voire même leurs perspectives de mariage.

La pandémie de Covid-19 a perturbé l’année scolaire, les élèves étant contraints de suivre des cours à distance durant un certain temps, ce qui a mis une pression supplémentaire sur leurs épaules. Contrairement aux années précédentes, ils n’ont pas eu le droit de se rassembler devant les portes des établissements pour s’encourager. «Je suis assez soulagée que tout cela soit bientôt terminé», se félicitait Kim Chae-eun, 18 ans, qui, à l’image de ses camarades a «étudié toute sa vie pour cet unique examen».

500’000 élèves

La Corée du Sud est parvenue à maîtriser l’épidémie de Covid-19 au travers d’une stratégie très poussée de tests et de traçage des contacts des personnes infectées mais, ces dernières semaines, elle a enregistré un rebond des cas quotidiens qui sont passés d’une centaine à plus de 500.

Les autorités ont renforcé les mesures de restrictions et l’examen est une source d’inquiétudes, près de 500’000 élèves se rassemblant pour cette épreuve dans les différents établissements scolaires du pays. Des cloisons transparentes ont été installées sur chaque bureau, le port du masque est obligatoire durant toute l’épreuve et tous les élèves ont dû se soumettre à une prise de température.

Les cours ayant été perturbés en raison de la pandémie, l’examen avait été reporté de deux semaines et tous les lycées du pays ont repris durant une semaine les cours en ligne pour éviter l’apparition de foyers épidémiques. «L’examen sera encore plus difficile et source d’inquiétudes en raison de la situation liée au coronavirus», a écrit le président Moon Jae-in en leur souhaitant bonne chance sur les réseaux sociaux.

Comme chaque année, la Corée du Sud a tout mis en œuvre pour que rien ne perturbe la sérénité des épreuves. Les services publics, les grandes entreprises et même la Bourse ont ouvert avec une heure de retard pour permettre aux candidats d’arriver sans encombre sur le site des examens. Décollages et atterrissages à l’aéroport de Séoul ont été suspendus pendant 25 minutes le temps d’un test d’anglais oral tandis que tous les avions en vol doivent rester à une altitude de plus de 3000 mètres.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!